Actualisé 02.02.2015 à 09:50

GenèveFini de farfouiller dans ses poches devant l'horodateur

Des automates de dernière génération seront installés cette année. Il sera aussi possible de payer son parking par téléphone.

von
Julien Culet/frb
A Genève, les appareils actuels ont entre 10 et 15 ans. Ils ne rendent pas la monnaie.

A Genève, les appareils actuels ont entre 10 et 15 ans. Ils ne rendent pas la monnaie.

Qui n'a jamais pesté en devant payer pour une durée de stationnement plus longue, faute de monnaie? D'ici à la fin de l'année, ce sera de l'histoire ancienne pour les automobilistes genevois. La Fondation des parkings, qui gère les places de parc de la Cité de Calvin, a lancé un appel d'offres pour de nouveaux horodateurs. Selon «La Feuille d'Avis Officielle» du 20 janvier, les candidats ont jusqu'au 2 mars pour présenter leurs appareils.

«Les modèles actuels ont entre 10 et 15 ans. Il devient difficile de trouver des pièces de remplacement, explique Jean-Yves Goumaz, directeur général de la Fondation. Et ils ne répondent plus aux attentes concernant les moyens de paiement.» S'ils ne rendront toujours pas la monnaie, les nouveaux parcmètres accepteront les cartes bancaires. Ils devront également être équipés d'un écran tactile et prendre en charge les trois principales langues nationales ainsi que l'anglais. De quoi faciliter leur utilisation pour les touristes. Par ailleurs, ils seront connectés à une base centralisée, ce qui permettra à la Fondation de savoir si un appareil est plein, ou défectueux.

Le budget est de 1,5 million de francs. «On remplacera d'abord les machines de l'hypercentre, qui sont les plus sollicitées, indique Jean-Yves Goumaz. Il est prévu de renouveler les 411 appareils de la Ville dans les 3 à 4 ans à venir.» L'installation doit se faire progressivement à partir du second semestre 2015, un agenda qui dépendra en partie du succès du paiement par téléphone.

Payer sa place de parc avec son portable

A l'essai depuis 2013 dans quatre parkings genevois, le paiement par téléphone sera étendu à toute la Ville cet été. L'automobiliste enregistre son numéro de plaque et sa carte bancaire sur l'application PayByPhone. Une fois garé, il n'a plus qu'à entrer la durée souhaitée, sans devoir se déplacer au parcmètre. Les agents du stationnement pourront scanner les plaques et savoir si l'automobiliste a payé ou non. A terme, les macarons de stationnement pour les habitants pourraient aussi être dématérialisés.

Lausanne paie par carte depuis 2013

Il y a 18 mois, la capitale vaudoise a inauguré ses premiers horodateurs à paiement par carte de crédit sans contact de Suisse. A l'époque, 125 machines avaient été installées pour 2500 places de stationnement. «Depuis, les anciens appareils obsolètes sont annuellement remplacés, à raison d'environ 50 unités, pour permettre un étalement de l'investissement, indique Olivier Français, municipal des Travaux. Cette année, cela représente par exemple un montant de 400'000 francs.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!