Actualisé 11.08.2017 à 22:50

PâquisFlambée des cas de légionellose à Genève

La maladie n'est pas contagieuse, mais un nombre important de cas ont été signalés depuis le début de l'été.

von
Lucie Fehlbaum

«Nous avons régulièrement des cas, trois ou quatre situations par mois. Le nombre est particulièrement important ces derniers jours», prévient Jacques-André Romand, médecin cantonal. Avec une trentaine de malades entre le 25 juin et le 5 août, la légionellose frappe particulièrement les Genevois cet été. Presque tous les malades ont été hospitalisés. La maladie peut être traitée grâce à des antibiotiques. Elle atteint plus facilement les personnes âgées ou celles aux défenses immunitaires diminuées.

Cette maladie se manifeste par un état grippal, de la fièvre et de la toux. Parfois, les personnes atteintes peuvent souffrir de diarrhées, de troubles digestifs, de douleurs musculaires ou encore de perte d'appétit. Si elle n'est pas traitée, la légionellose peut dériver vers une pneumonie.« Il est important de la diagnostiquer correctement», met en garde le médecin cantonal. Ce dernier tient à souligner que la maladie n'est pas contagieuse.

Contamination d'une grande tour de climatisation?

La transmission se fait uniquement par voie respiratoire, en inhalant l'eau contaminée diffusée en aérosol (tours aéro-réfrigérantes, bains bouillonnants, douches, fontaines décoratives…). «Dans la plupart des cas c'est ce qu'on appelle les eaux dormantes, explique Jacques-André Romand. Si vous êtes en bout du réseau d'alimentation en eau de votre immeuble et que vous n'avez pas pris de douche depuis une semaine ou plus, en raison de vacances par exemple, le milieu est favorable à la culture des bactéries. L'importance des cas cette fois fait suspecter une contamination d'une grande tour de climatisation».

Le nombre important de cas a permis une enquête épidémiologique et environnementale. Menée de concert par les HUG et différents services de l'Etat, elle a permis de localiser la source de la maladie. Elle se trouve aux Pâquis. Des prélèvements ont alors été effectués dans des systèmes de climatisation du périmètre suspect. Des contaminations ont été constatées dans plusieurs d'entre eux. Il a été demandé aux responsables de ces installations de procéder en urgence à des mesures d'assainissement et de contrôler leur efficacité.

«La ventilation en circuit fermé, sans eau, n'est pas inquiétante, rassure le médecin cantonal. Mais les tours à systèmes humides, qui contiennent de l'eau notamment stagnante sont favorables au développement de bactéries, qui aiment ces milieux chauds.» La transmission se fait par inhalation de la bactérie legionella pneumophila, contenue dans des gouttelettes d'eau contaminée.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!