Actualisé 26.04.2008 à 12:03

Flamme olympique au Japon: le chaos

Le relais de la flamme olympique s'est achevé samedi à Nagano après un parcours chaotique de 4 heures émaillé d'incidents entre Chinois et manifestants.

Les forces de l'ordre ont dû s'interposer entre des groupes rivaux alors qu'une pluie fine tombait sur Nagano, ville-hôte des Jeux olympiques d'hiver de 1998.

Aux «Vive la Chine» lancés par une partie de la foule ont répondu les «Tibet libre» scandés par des activistes de l'autre bord.

Quatre blessés

Quatre sympathisants chinois ont été blessés et trois hommes arrêtés, a-t-on appris auprès des pompiers et de la police de la ville, dont un homme qui avait tenté de se mêler au relais en tenant à la main un drapeau tibétain.

Il a été rapidement mis au sol et maîtrisé par la centaine d'agents de la police japonaise en survêtement blanc qui encadraient étroitement la flamme tout au long des 18 km du parcours.

Le relais olympique dans Nagano s'est tenu quelques heures après le geste d'ouverture des autorités chinoises, qui ont fait savoir qu'elles étaient disposées à s'entretenir avec des représentants du dalaï-lama, chef spirituel en exil des Tibétains.

Plus de 3000 policiers

Au total, plus de 3000 policiers avaient été déployés dans la ville pour contenir les débordements. Les autorités japonaises souhaitaient à tout prix éviter les scènes chaotiques qui ont accompagné le passage de la flamme à Londres, Paris ou San Francisco pour ne pas assombrir la visite du président chinois Hu Jintao le mois prochain, une première en dix ans.

Une cérémonie à la mémoire des victimes des troubles survenus le mois dernier au Tibet était prévue plus tard au temple bouddhiste de Zenkoji, d'où devait initialement partir la flamme avant qu'il ne se retire du projet.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!