Actualisé 19.05.2007 à 14:26

Floyd Landis face à ses juges

MALIBU - Après être resté sagement assis pendant cinq jours à écouter d'autres témoins, Floyd Landis, accusé de s'être dopé lors du Tour de France 2006, va enfin prendre la parole samedi.

Il s'agira de l'étape la plus attendue d'une audition censée déterminer si oui ou non le cycliste américain a triché pour remporter la Grande Boucle.

Le monde pourra alors entendre sa version des faits puisqu'il sera amené à s'expliquer sur un test positif à la testostérone synthétique pendant le dernier Tour de France. Floyd Landis aura là une chance d'améliorer son image publique, largement détériorée depuis le début de cette affaire.

Son témoignage devant le panel de la Cour d'arbitrage américaine (AAA) devrait permettre de recentrer les débats après la détonation créée par les révélations du triple vainqueur du Tour, Greg LeMond. Jeudi, LeMond a révélé qu'il avait raconté à Landis les abus sexuels dont il a été victime pendant son enfance et que le manager de l'ancien coureur de la Phonak, Will Geoghegan, avait utilisé ce secret pour essayer d'intimider LeMond et l'empêcher de témoigner.

Après des mois passés à proclamer son innocence et à lever des fonds pour sa défense, Landis va devoir raconter sa version des faits sous serment.

Globalement, la stratégie du coureur américain consiste à accuser le laboratoire français de Châtenay-Malabry, qui a effectué son contrôle, d'avoir commis de nombreuses erreurs, notamment d'avoir mal étiqueté ses échantillons, de les avoir mal manipulés et d'avoir mal interprété les résultats des tests.

L'Américain, s'il est convaincu de dopage, pourrait être suspendu deux ans et devenir le premier coureur de l'histoire du Tour déchu de sa victoire.

La longue journée de vendredi a été ponctuée par le témoignage du cycliste professionnel américain Joe Papp. Celui-ci a admis s'être dopé et a décrit les effets de la testostérone synthétique qui l'ont aidé, a-t-il dit, à se remettre de courses longues et excessivement difficiles comme le Tour de France.

Papp, qui a écopé d'une suspension de deux ans pour dopage rendue publique pour la première fois lors de son témoignage vendredi, a été appelé à la barre des témoins par l'Agence américaine antidopage (USADA).

Avec ce témoignage, l'USADA entendait réfuter les allégations des avocats de Floyd Landis selon lesquelles la testostérone ne pouvait pas aider Landis pour le Tour 2006 et qu'il aurait donc été fou d'en utiliser sachant qu'il risquait d'être contrôlé.

«Vous pouvez disputer des courses de l'UCI longues de 2.000 kilomètres avec des contrôles antidopage tous les jours, et vous pouvez les gagner en prenant des produits dopants sans être contrôlé positif», a déclaré Papp à la presse après son témoignage.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!