Folie meurtrière à Tokyo: au moins sept morts
Actualisé

Folie meurtrière à Tokyo: au moins sept morts

Un forcené au volant d'un camion a foncé sur la foule dans un quartier du centre de Tokyo dimanche, avant de descendre du véhicule et de poignarder au hasard des passants qu'il avait renversés et des témoins.

Interpellé par la police, le forcené a expliqué qu'il voulait «tuer des gens» parce qu'»il en avait marre de tout».

Ce carnage a été commis sept ans, quasiment jour pour jour, après une tuerie à l'arme blanche perpétrée le 9 juin 2001 par un malade mental dans une école élémentaire. L'homme, qui avait tué huit enfants, avait été condamné à mort et exécuté en 2004.

La tuerie de dimanche s'est produite dans le quartier Akihabara de la capitale nippone, surnommé «Electric Town», en raison de ses nombreux magasins d'électronique et de jeux vidéo, très fréquentés par les jeunes, à l'heure de pointe du milieu de journée.

Le suspect, Tomohiro Kato, âgé de 25 ans, a d'abord lancé une camionnette de deux tonnes sur des piétons. Puis, il a sauté de la fourgonnette de location, s'est jeté sur les passants qu'il venait de renverser et s'est mis à les poignarder sauvagement en poussant des grognements et des hurlements, selon les récits des témoins et de la police.

«Il hurlait pendant qu'il poignardait les gens au hasard», a raconté un témoin à la chaîne publique NHK.

Le meurtrier s'est ensuite retourné vers des badauds horrifiés tandis que des milliers de piétons pris de panique prenaient la fuite. Un autre témoin a raconté à la chaîne NHK que le suspect avait finalement déposé son arme après que la police eut menacé de l'abattre.

Des vidéos amateurs tournées sur des téléphones mobiles montrent des policiers en train de maîtriser le jeune homme à lunettes, le visage ensanglanté.

Les explications fournies par le meurtrier présumé laissent penser qu'il s'agit du coup de folie d'un forcené. «Le suspect a dit à la police qu'il était venu à Akihabara pour tuer des gens», a rapporté Jiro Akaogi, porte-parole du département de police de la ville de Tokyo. «Il a dit qu'il était las de la vie. Il a dit qu'il en avait marre de tout.»

La police a confirmé la mort de sept personnes -six hommes et une femme- sans pouvoir dire si elles avaient succombé aux blessures provoquées par la camionnette ou aux coups de couteau assénés par le forcené. L'âge des victimes n'était pas connu dans l'immédiat, mais NHK a précisé que deux des personnes décédées étaient âgées de 19 et 74 ans. On ignorait dans quel état de santé se trouvaient les dix autres personnes poignardées. Selon NHK, 17 ambulances ont été dépêchées dans le quartier d'Akihabara.

Plusieurs heures après le drame, alors que la nuit tombait sur le quartier d'Akihabara, des passants s'arrêtaient sur les lieux du massacre. Certains priaient, d'autres déposaient des bouquets de fleurs, des bouteilles de thé vert et des bâtons d'encens.

Le nombre d'agressions et notamment d'attaques à l'arme blanche a augmenté ces dernières années au Japon. En mars, une personne avait été mortellement poignardée et au moins sept autres avaient été blessées par un homme armé de deux couteaux devant un centre commercial dans l'est du pays. (ap)

Ton opinion