Suisse romande: Fonctionnaires encouragés à laisser tomber leur auto
Actualisé

Suisse romandeFonctionnaires encouragés à laisser tomber leur auto

Un projet de mobilité douce va démarrer à Genève. De son côté Neuchâtel tire un bilan positif
des premières mesures adoptées.

Genève est en passe de se lancer dans la mobilité douce. C'est le site de David-Dufour, à la Jonction, regroupant quelque 500 fonctionnaires, qui a été choisi pour cette expérience pilote. Le Conseil d'Etat devrait se prononcer à la fin du mois sur ce projet.

Pour que les employés ne soient plus obligés d'utiliser leur véhicule privé dans le cadre de leurs fonctions, quatre solutions seront à leur disposition: des cartes et des abonnements transmissibles Unireso et CFF, des vélos, des vélos électriques et des voitures Mobility. Avec, pour but, de voir petit à petit les employés se rendre au travail autrement qu'en voiture.

Neuchâtel connaît une démarche semblable depuis trois ans. La Ville met à disposition de ses employés trois petites voitures électriques. «Les utilisateurs se réjouissent que la Ville en commande de nouvelles afin d'élargir la flotte», constate le délégué à l'Environnement Pierre-Olivier Aragno.

Pour inciter à la mobilité douce, Neuchâtel songe aussi à rendre payantes des places de parc réservées aux fonctionnaires. «Le profit réalisé par ces places de parc taxées sera utilisé pour offrir aux employés des abonnements de transports publics à tarif réduit», explique Pierre-Olivier Aragno. Tout bientôt, deux vélos électriques seront également mis à disposition de la fonction publique communale.

(jfz/nlu)

Un logiciel neuchâtelois

Pour gérer tous les vélos, voitures et abonnements du nouveau «Plan genevois de mobilité douce», le Canton va utiliser Gelor, un logiciel inventé par le centre électronique de gestion de la Ville de Neuchâtel.

«Gelor est pratique et souple. Il peut s’adapter à la gestion de réservations de toutes sortes d’objets, des salles de conférence aux vélos électriques», explique Christophe Pittier, le concepteur du logiciel. Il est fier que Genève utilise désormais cet outil d’abord créé pour gérer le partage des salles de conférences de la Ville de Neuchâtel.

Ton opinion