Genève – Fonctionnaires rappelés au bureau malgré le télétravail
Publié

GenèveFonctionnaires rappelés au bureau malgré le télétravail

Pour cause de migration informatique d’importance, plus d’une centaine d’employés travaillent au bureau depuis début janvier.

par
Maria Pineiro
Une partie des employés de l’Ocas travaille en présentiel, malgré les directives fédérales.

Une partie des employés de l’Ocas travaille en présentiel, malgré les directives fédérales.

Lucien Fortunati/TdG

A l’Office cantonal des assurances sociales (Ocas), le télétravail obligatoire ne concerne pas tous les employés, loin s’en faut. «A cause d’un changement informatique, beaucoup de collègues ont été sommés de se rendre au bureau», dénonce une collaboratrice. Une affirmation confirmée par une communication interne que nous avons pu consulter et qui demandait, le 21 décembre déjà, à certains collaborateurs et collaboratrices de continuer le travail en présentiel jusqu’aux vacances, puis dès le 3 janvier. Une situation qui aurait, selon cette employée, engendré plusieurs clusters dans certains services, décimés depuis lors. Ce que la direction réfute.

Généralement loin des feux de la rampe, l’Ocas a fait abondamment parler de lui ces derniers mois, à cause, justement d’un changement de système informatique qui l’a motivé à repousser le paiement des rentes AVS au sixième jour ouvrable du mois. La nouvelle avait fait un tollé. A tel point que l’Ocas avait dû partiellement revenir en arrière sous la pression, notamment du Département de la cohésion sociale.

Un tiers des employés

Interpellé, Jean-David Curchod, responsable communication de l’Ocas, confirme qu’un certain nombre d’employés œuvrent en présentiel depuis le 3 janvier, «en raison d’une migration informatique». Un tiers des collaborateurs et collaboratrices, soit quelque 130 personnes, sont concernés. Ce sont ceux qui travaillent dans les domaines de l’AVS et de l’assurance perte de gain. Le reste du personnel a été placé «sous le régime du télétravail obligatoire».

Cette situation devrait durer jusqu’à la mi-janvier. Pour Jean-David Curchod, cette situation ne contrevient pas à l’obligation de télétravail, puisque «cette présence est indispensable pour assurer la continuité de service auprès de nos assurés». Il rappelle que cela est conforme à la directive fédérale qui précise que «le télétravail est obligatoire partout où la nature de l’activité le permet et où sa mise en œuvre n’implique pas d’efforts disproportionnés».

Plan de protection

Quant à l’apparition de clusters eu égard à la présence de travailleurs dans les mêmes bureaux, il s’inscrit en faux. Jean-David Curchod indique «qu’aucun cluster n’est survenu à l’Ocas». Il reconnaît toutefois «une augmentation des cas Covid parmi notre personnel», tout comme cela peut être constaté dans la société en général. Enfin, il insiste sur le fait que l’Ocas a un plan de protection strictement appliqué.

Ton opinion

86 commentaires