Genève: Fondation aidée par l'Etat accusée de dumping
Actualisé

GenèveFondation aidée par l'Etat accusée de dumping

Des employés qualifiés payés entre 1700 et 3500 fr. par mois, sans deuxième pilier. C'est ce qu'a dénoncé mercredi le syndicat Unia devant les HUG.

par
Raphaël Leroy
Deux salariés licenciés distribuaient des tracts mercredi matin devant l'hôpital cantonal.

Deux salariés licenciés distribuaient des tracts mercredi matin devant l'hôpital cantonal.

Cinq employés genevois et un à l'étranger ont été remerciés fin mars par la Fondation HON (Health on the Net). Raison officielle: licenciement économique. Mais pour le syndicat Unia, la réalité est tout autre.

«Comme par hasard, les salariés avaient fait part de leur mécontentement à la direction quelques mois auparavant», ironise le secrétaire syndical Joël Varone.

Plus de 4 millions de subvention

En cause: des cas de sous-enchère salariale et de non-paiement de deuxième pilier. «Certains d'entre nous étaient payés moins de 1700 fr. par mois pour un stage sans encadrement, témoigne cet ancien employé. Nous n'étions pas inscrits à la caisse de pension publique CEH. L'employeur avait promis d'arranger la situation. Mais ça ne s'est jamais traduit dans la réalité.»

Le problème, c'est que la fondation HON est un organisme subventionné par les Hôpitaux universitaires (HUG) depuis 1996 et par l'Etat depuis 2004. Selon nos sources, elle a déjà reçu plus de 4 millions de francs d'argent public et 80'000 fr. sont inscrits au budget 2013 en discussion.

Interpellation directe

Les HUG, la CEH et le conseil de fondation seront directement interpellés par les syndicats. «L'entreprise sera aussi dénoncée à la commission de contrôle tripartite», précise Joël Varone.

«Nous n'avons jamais eu d'échos négatifs, au contraire, note Adrien Bron, du département de la santé. Il s'agit d'un leader mondial dans son domaine qui délivre la prestation pour laquelle nous le subventionnons encore jusqu'en 2014. Mais nous allons leur demander des précisions.»

Les HUG se distancient

Dans un communiqué, l'hôpital cantonal se distancie de HON. «Les HUG louent des locaux à cette fondation privée, écrit-il. Ceci constitue leur seul lien avec cette entité, qui ne fournit aux HUG aucune contre-prestation.»

Avant d'ajouter: «N'ayant d'autres liens avec la Fondation HON que les rapports contractuels de droit du bail, les HUG n'ont pas à se positionner sur les reproches qui lui sont faits. Ils regrettent néanmoins l'amalgame opportuniste fait entre les deux entités.»

La fondation, elle, restait injoignable mercredi.

Ton opinion