Actualisé 17.05.2017 à 14:35

Grèce

Fonds gelés: Tsipras interpelle Leuthard

En marge d'un sommet en Chine, le premier ministre grec a demandé à la présidente de la Confédération de libérer les fonds grecs qui sont gelés en Suisse.

Alexis Tsipras a rencontré Doris Leuthard.

Alexis Tsipras a rencontré Doris Leuthard.

AFP

Dans un entretien bilatéral en marge du sommet dit «des Routes de la soie» à Pékin, Alexis Tsipras a abordé le problème des fonds grecs gelés en Suisse, ainsi que la question de l'assistance administrative et fiscale.

«Les deux problématiques ont bien été évoquées», a indiqué mercredi à l'ats Dominique Bugnon, porte-parole de la présidente de la Confédération. Celui qui était dans la capitale chinoise avec la conseillère fédérale a ainsi confirmé des informations diffusées plus tôt dans la matinée sur les ondes de la RTS. Il n'a toutefois pas voulu faire de commentaires sur le contenu des discussions.

Des fonds grecs ont été bloqués ces dernières années par le Ministère public de la Confédération (MPC), a rappelé de son côté le Secrétariat d'Etat aux questions financières internationales. Berne a saisi au moins 35 millions de francs depuis 2012 sur des comptes bancaires dans le cadre d'un vaste scandale de corruption et de blanchiment lié à des contrats d'armement en Grèce.

Dans cette affaire, des pots-de-vin avaient été versés à des politiciens et fonctionnaires grecs lors de l'achat de missiles antiaériens, de blindés et de sous-marins. De l'argent avait ensuite été transféré sur des comptes helvétiques. Plusieurs personnes ont déjà été condamnées en Grèce, dont l'ex-ministre de la défense Akis Tsochatzopoulos.

Selon le MPC, quatre millions de francs ont pu être restitués au gouvernement grec en 2014. Toutefois, toujours en lien avec ce cas, quelque 20 millions ont échappé au fisc grec et atterri en Suisse.

La liste «Lagarde»

Athènes demande depuis des années la collaboration de la Suisse pour les cas d'argent non déclaré au fisc. Selon plusieurs sites officiels et de médias grecs, la Grèce propose actuellement à ses citoyens de signaler les avoirs cachés à l'étranger et de payer les amendes qui leur incombent, tout en évitant les poursuites pénales, avant les premiers échanges automatiques de données prévus en 2018.

Le magazine grec Hot Doc avait publié fin 2012 plus de 2000 noms d'exilés fiscaux grecs en Suisse, se basant sur des données que le lanceur d'alerte Hervé Falciani avait dérobées à la banque HSBC. Cette liste dite «Lagarde», que l'ancienne ministre des Finances française Christine Lagarde avait transmise au gouvernement grec conservateur en 2010, regroupe de nombreux hommes politiques.

Les observateurs ne peuvent que spéculer sur le montant exact des fonds non fiscalisés cachés par des Grecs en Suisse. Des experts avancent un montant de plusieurs dizaines de milliards et certains, une somme allant même jusqu'à 80 milliards de francs. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!