Actualisé 29.10.2017 à 20:36

Plan contre le terrorismeFormations tous azimuts contre la radicalisation

La Confédération a mis en place 26 mesures pour prévenir la radicalisation des jeunes. Concernées, les écoles et les associations de jeunesse ne sont pas emballées.

de
rmf
Le projet doit permettre d'éviter que des radicalisations passent inaperçues et aboutissent sur de nouveaux attentats terroristes. (Berlin, 19.12.2016)

Le projet doit permettre d'éviter que des radicalisations passent inaperçues et aboutissent sur de nouveaux attentats terroristes. (Berlin, 19.12.2016)

Keystone

Des peines plus sévères, des effectifs supplémentaires pour la police fédérale, une nouvelle loi sur le renseignement: ces ressources obtenues récemment pour lutter contre le terrorisme ne suffisent manifestement pas. «La seule répression ne peut pas faire disparaître le jihadisme», affirmait Simonetta Sommaruga cet été.

La Confédération et les cantons planchent donc sur un plan d'action national visant à mieux prévenir la radicalisation des jeunes, révèle la «SonntagsZeitung». Le projet, qui sera présenté à la fin de l'année, comprend 26 mesures de toutes sortes.

Formation et prévention

Les universités devront proposer une formation pour les accompagnants religieux, par exemple dans les prisons. Chaque canton devra se doter d'un centre de conseil pour les personnes soupçonnant une radicalisation. Un centre national est également à l'étude. Des informations sur l'extrémisme violent seront par ailleurs publiées sur internet.

Plusieurs mesures concernent le système scolaire. Du matériel pédagogique sur la radicalisation est prévu, et les enfants devront recevoir des cours sur les médias, pour apprendre à traiter de façon critique les contenus trouvés sur internet, entre autres.

«On ne peut pas déléguer toujours plus de tâches à l'école, cela risque de provoquer des résistances chez les enseignants», réagit dans le journal Marion Heidelberger, vice-présidente de l'Association suisse des enseignants. Elle admet toutefois que la prévention est un point essentiel. «C'est pour cela qu'en plus des professeurs, d'autres acteurs clés doivent prendre leur part de responsabilité», poursuit-elle.

Demandeurs d'asile mieux suivis

Le personnel encadrant les demandeurs d'asile devra en effet également être formé, selon le plan d'action. «La formation comprend des mesures pour la détection précoce, les indicateurs de risque, ainsi qu'une marche à suivre en cas de soupçon de radicalisation», indique le texte. L'an dernier 5202 dossiers d'asile ont fait l'objet d'une enquête du service de renseignement, soit deux fois plus que deux ans auparavant.

Le projet comprend également une formation à la prévention de la violence pour les responsables de clubs sportifs et de loisirs. Pour l'instant, ceux-ci sont plutôt sceptiques. S'il reconnaît le besoin d'une action coordonnée, Christoph Lauener, porte-parole de l'Office fédéral du sport, rappelle que la majorité des clubs liés à «Jeunesse+Sport» fonctionnent grâce au bénévolat, et disposent déjà de mesures de prévention. Il craint que des charges supplémentaires aient un impact négatif sur la volonté d'aider.

Extrémisme islamique, mais pas seulement

Face au scepticisme de plusieurs branches concernées par ce plan d'action national, le Réseau national de sécurité, qui coordonne le projet, reste optimiste. «L'élaboration du plan n'était que le premier pas, nous devons maintenant aller convaincre», explique son délégué André Duvillard. Il précise que le but n'est pas de forcer la main: la Confédération et les cantons ne peuvent qu'élaborer les mesures, c'est aux acteurs de les mettre en oeuvre. «Il faut créer une conscience commune dans la population, car la prévention n'est efficace que si tout le monde est impliqué.»

Si l'extrémisme islamique était le point de départ de son élaboration, ce plan d'action doit également lutter contre les tendance d'extrême gauche ou droite. «Le mot «islam» n'apparaîtra pas une seule fois dans la version finale du texte», conclut André Duvillard. Celle-ci sera adoptée dans un mois et présentée publiquement le 4 décembre.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!