Camion fou aux Pays-Bas: «Forts soupçons» de consommation de cocaïne par le chauffeur

Publié

Camion fou aux Pays-Bas«Forts soupçons» de consommation de cocaïne par le chauffeur

Le routier de 45 ans avait provoqué la mort de 7 personnes en août, dont un bébé sur le point de naître, après une sortie de route dans le village de Nieuw-Beijerland. 

Archives: camion fou aux Pays-Bas 

Il y a de «forts soupçons» que le chauffeur de camion espagnol qui a foncé le mois dernier dans un barbecue de quartier aux Pays-Bas, tuant sept personnes, avait consommé de la cocaïne au moment de l’accident, a déclaré vendredi la justice néerlandaise.

«De la cocaïne dans son sang»

Le 27 août, le véhicule avait quitté la route étroite dans le village de Nieuw-Beijerland, à une trentaine de kilomètres au sud de Rotterdam (ouest), et plongé en contrebas sur le groupe, tuant six personnes et en blessant sept autres. Le barbecue était organisé par un club local de patin à glace.

L’accident avait provoqué une vive émotion dans le pays. Un bébé à naître a par après été ajouté en tant que septième victime, car sa mère a été tuée dans le drame alors qu’elle était sur le point d’accoucher. Après l’accident, la police avait arrêté le chauffeur, un Espagnol de 45 ans, mais il a depuis été libéré dans l’attente du résultat de l’enquête. Les procureurs ont cependant interjeté appel de la décision de libération, affirmant que «de la cocaïne a été trouvée dans son sang au moment de l’infraction», et demandé aux juges de le remettre en prison.

AFP

Pas remis sous les verrous

Lors d’un jugement en appel jeudi, rendu public vendredi, les juges ont également déclaré qu’il existe de «forts soupçons que le suspect a commencé à conduire un camion après avoir consommé des substances, y compris de la cocaïne». Mais les juges ont estimé que les intérêts personnels de l’homme devraient primer «sur l’intérêt criminel» lorsqu’il s’agit de décider s’il faut continuer à le garder derrière les barreaux, et ne l’ont donc pas remis sous les verrous.

La cour a toutefois ordonné que le conducteur coopère avec l’enquête policière, qu’il ne soit pas autorisé à conduire quelque véhicule que ce soit et qu’il informe les procureurs néerlandais et espagnols en cas de changement d’adresse.

(AFP)

Ton opinion