Actualisé 21.05.2017 à 13:11

VotationsFoule d'objets alémaniques au menu ce 21 mai

Ecole, logement, impôts, pistes cyclables, primes maladie abordables ou encore cours obligatoires pour jeunes conducteurs, tous les résultats à découvrir ici.

Le menu sera chargé en Suisse allemande ce 21 mai.

Le menu sera chargé en Suisse allemande ce 21 mai.

Keystone

Une foule de sujets occupaient les citoyens alémaniques le 21 mai. Ils allaient des pistes cyclables à Bâle-Ville à la sauvegarde d'un hôpital à Bâle-Campagne, en passant par l'Autorité de protection de l'enfant et de l'adulte à Schwyz ou encore les cours pour jeunes conducteurs à Uri. Le résumé.

BS - Les cyclistes bâlois auront leur «périph»

Bâle-Ville va investir 25 millions de francs pour mettre en place un périphérique cyclable sur lequel les vélos auront largement la priorité. Les votants ont accepté un crédit accordé par le parlement à la suite du dépôt d'une initiative populaire. Les associations économiques et d'automobilistes ainsi que l'UDC et les Libéraux avaient saisi le référendum. A leurs yeux, un tel périphérique est superflu car les cyclistes préfèrent emprunter le chemin le plus direct pour se rendre de A à B.

Autre décision sortie des urnes bâloises dimanche: la consommation d'alcool dans les centres pour la jeunesse reste interdite. Les citoyens ont refusé par XX% des voix de supprimer cette interdiction dans la loi sur la restauration.

Un pas vers le groupe hospitalier commun des deux Bâles

Bâle-Campagne va pouvoir avancer dans son projet de groupe hospitalier commun avec Bâle-Ville. Les citoyens ont rejeté par 67,2% une initiative qui voulait ancrer dans la loi l'offre des hôpitaux de Bâle-Campagne. Il s'agissait notamment d'empêcher une réduction des soins à l'hôpital du Bruderholz, juste à côté de Bâle. Dans le cadre de la future collaboration intercantonale, les autorités prévoient de le raser et de le remplacer par une clinique de jour, une permanence pour les urgences, ainsi que des unités d'orthopédie et de rééducation stationnaires.

Par ailleurs, la formation des enseignants de l'école secondaire continuera d'être dispensée à la Haute école pédagogique (HEP). Une initiative demandant que les profs soient au bénéfice d'un diplôme universitaire complété par une formation pédagogique, a été clairement refusée par 78,3% des voix.

Les années de service des députés cantonaux restent limitées à 16. Les citoyens ont nettement refusé, par 68%, de supprimer ce plafond inscrit dans la Constitution. Ce règlement obligera seize députés actuels à quitter leur fauteuil lors des prochaines législatives en 2019. Enfin, l'autonomie des communes va être renforcée. Les citoyens ont accepté par 83,6% une modification incontestée de la Constitution précisant la collaboration entre les 86 communes et le canton selon le principe de la subsidiarité.

Pas de hausse d'impôts à Lucerne

Les Lucernois ne veulent pas de hausse d'impôts. Ils ont refusé dimanche par 54,3% des voix de relever le coefficient de 1,6 à 1,7 point afin d'équilibrer les finances cantonales. Le gouvernement devra proposer un nouveau budget. Le budget 2017 soumis par le gouvernement au parlement comptait sur les 64 millions de francs qu'aurait apportés l'augmentation du coefficient d'impôts. La Direction des finances devra donc revoir sa copie.

Dans leur élan anti-austérité, les citoyens ont en outre rejeté une autre mesure d'économies contre laquelle le référendum avait été saisi. Ils ont dit non par 67,7% à une réduction de moitié de la participation cantonale par élève aux écoles de musique communale.

Pas de réductions des primes maladie en Argovie

Les revenus modestes ne pourront pas compter sur une aide pour payer leurs primes maladie. Les Argoviens ont rejeté dimanche par 65,95% l'initiative socialiste pour des «primes maladie abordables». Concrètement, le texte demandait qu'une aide soit accordée aux ménages qui paient des primes dépassant 10% de leurs revenus. Gouvernement et parlement avaient recommandé le «non» à la proposition qui aurait conduit à un surcoût de 70 millions de francs.

Soleure

Les opposants au plan d'études scolaires alémanique «Lehrplan 21» ont une nouvelle fois échoué. Les Soleurois ont rejeté par 65,6% l'initiative «oui à une école de qualité sans Lehrplan 21». Les citoyens ont suivi l'avis du gouvernement et de la majorité du parlement, qui recommandaient de voter «non». Ils ont fait valoir que le texte isolerait les écoles soleursoises par rapport aux autres cantons alémaniques alors qu'au contraire une harmonisation est souhaitable. Les opposants critiquaient notamment la «scolarisation» de l'école enfantine et des objectifs d'éducation trop peu définis.

Obwald: accueil parascolaire au bon vouloir des communes

Les communes obwaldiennes vont continuer de pouvoir proposer des places d'accueil parascolaire selon leur bon vouloir. Le peuple a refusé dimanche par 58% de les contraindre à mettre en place des structures adaptées à la demande. L'UDC, qui avait saisi le référendum, faisait valoir que la modification de la loi scolaire proposée était superflue, en plus d'être une ingérence dans l'autonomie des communes.

Par ailleurs, les parlementaires peuvent faire une croix sur une augmentation de leurs rémunérations. Les votants ont rejeté une modification de la loi sur les autorités par 66%.

SZ: Les autorités de tutelle restent sous l'égide du canton

L'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA) schwyzoise reste sous l'égide du canton. Les citoyens ont rejeté dimanche par 51% une initiative de l'UDC qui demandait qu'elle revienne sous contrôle des communes. Depuis 2013, les cantons gèrent l'APEA (KESB en allemand), et non plus les communes, à la demande de la Confédération. Ce changement a été fait dans un souci de professionnalité. Les inititiants critiquaient un manque de proximité. Ils voulaient que les décisions soient prisent là où se trouvent les concernés, c'est-à-dire dans les communes.

En Suisse alémanique, l'APEA a été sévèrement critiquée, notamment dans le cas du double infanticide de Flaach (ZH). Une mère qui s'était fait retirer ses enfants les a tués le 1er janvier 2015, car elle ne voulait pas qu'ils retournent dans une institution après les fêtes.

Uri: plus d'espoir pour les anti-cours de conduite

Les cours de conduite obligatoires pour jeunes conducteurs ont de beaux jours devant eux. Les jeunes UDC d'Uri voulaient que leur canton s'engage auprès de la Confédération pour qu'ils soient supprimés. Les citoyens ont rejeté leur initiative dimanche par 50,7% des voix. Le gouvernement et le parlement recommandaient de rejeter le texte, rappelant que les jeunes conducteurs sont une catégorie à risques.

Les Uranais ont par ailleurs accepté trois lois soumises au référendum obligatoire. La première permettra aux communes de voir leur autonomie renforcée et d'assurer une base légale plus complète. Les citoyens y ont dit «oui» par 75%. Ils ont aussi approuvé par 74% la révision de la loi sur les nationalités qui devait être adaptée au droit fédéral. Finalement, la révision de la loi sur l'aménagement du territoire a été approuvée par 67% des voix. Conformément au droit fédéral, elle introduit une taxe sur la plus-value lors du changement d'affectation de zone.

SH: Pas de hausse fiscale pour les gros actionnaires

Les gros actionnaires schaffhousois continueront de bénéficier d'une imposition de moitié sur leurs dividendes. Les citoyens ont rejeté dimanche par 58,1% une initiative socialiste demandant que les revenus des capitaux soient imposés à taux plein. L'idée du régime actuel est d'atténuer la double imposition des dividendes. En effet, les bénéfices sont imposés une première fois au niveau de l'entreprise puis une seconde fois lors de la répartition auprès des actionnaires.

Par ailleurs, les quatre offices des juges de paix seront regroupés en un seul lieu, à Schaffhouse. Les citoyens ont accepté le regroupement par 67,3% des voix.

Pas de quota de logements à loyer modéré à Zoug

Le canton de Zoug ne disposera pas d'un quota de logements abordables. Les votants ont refusé dimanche par 65,9% des voix une initiative de la jeunesse socialiste et des jeunes verts demandant 20% de logements à loyer modéré d'ici 20 ans. Avec leur texte, les jeunes du camp rose-vert voulaient empêcher que le canton ne se transforme en «Monaco de la Suisse» à cause d'un boom des constructions dans le segment supérieur.

Les Zougois ont par contre approuvé, par 79,8% des voix, la révision de la loi sur l'assurance immobilière. Datant de 1979, elle était devenue obsolète

ZH: Statu quo pour l'hôpital cantonal de Winterthour

Les Zurichois ne veulent pas d'une privatisation de l'hôpital cantonal ni de la Psychiatrie intégrée de Winterthour. Ils ont refusé dimanche par 53,5% et 51,2% deux lois prévoyant de transformer ces établissements en société anonyme de droit privé. Après le oui du parlement, les partis de gauche avaient saisi le référendum. Ils craignaient que l'indépendance des deux institutions ne conduise à une détérioration de l'aide médicale de base et à une dégradation des conditions de travail du personnel. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!