Suisse: Fourrures et foie gras: initiatives lancées pour ne plus en importer

Publié

SuisseFourrures et foie gras: initiatives lancées pour ne plus en importer

L’Alliance Animale Suisse lance deux initiatives populaires fédérales contre l’importation de foie gras et de fourrures provenant d’animaux maltraités.

Le gavage des oies et des canards est interdit en Suisse depuis quarante ans (photo d’illustration).

Le gavage des oies et des canards est interdit en Suisse depuis quarante ans (photo d’illustration).

AFP

Avec le soutien d’une quinzaine d’organisations de protection des animaux, l’Alliance Animale Suisse (AAS) a annoncé ce mardi le lancement de deux initiatives populaires fédérales contre l’importation de foie gras et de fourrures provenant d’animaux maltraités.

Si ces différentes organisations se sont décidées à lancer ces deux initiatives, c’est pour dénoncer «l’hypocrisie» de la législation actuelle et y mettre un terme. «Nous votons des lois qui interdisent la cruauté envers les animaux. Mais nous acceptons cette cruauté si elle est produite à l’étranger», dénonce l’AAS sur son site internet.

Facebook/Capture d’écran

«Notre législation interdit les mauvais traitements envers les animaux lorsque ceux-ci peuvent être évités. Nos éleveurs et producteurs risquent des sanctions pénales et amendes en cas de violation des dispositions légales. Pourtant notre pays autorise chaque année l’importation de produits dont le mode de production est strictement interdit en Suisse», poursuit l’AAS. Selon elle, cela concerne:

  • L’importation annuelle de 350 tonnes de fourrures;

  • Les 200’000 kg de foie gras importés annuellement.

Les 350 tonnes de fourrures représentent «environ 1,5 million d’animaux tués uniquement pour le marché suisse. Plus de la moitié de ces fourrures proviennent de Chine, où les terribles conditions de détention et d’abattage des animaux, parfois dépecés encore vivants, sont régulièrement dénoncées», détaille l’AAS. Quant à la demande annuelle de foie gras, «ce sont ainsi 400’000 canards et 12’000 oies qui sont gavés et tués afin de répondre spécifiquement à la demande de notre pays, bien que le gavage des oies et canards soit considéré comme de la cruauté envers les animaux et interdit en Suisse depuis plus de 40 ans», ajoute l’Alliance.

Les organisations disposent désormais d’un délai de 18 mois pour récolter 100’000 signatures.

(aze)

Ton opinion

26 commentaires