Ville de Genève: Frais des élus: les dessous de la téléphonie de la Ville
Actualisé

Ville de GenèveFrais des élus: les dessous de la téléphonie de la Ville

Alors que Guillaume Barazzone a coûté très cher à la Municipalité, il apparaît que celle-ci a négocié rationnellement avec Swisscom.

par
Jérôme Faas
Guillaume Barazzone, à gauche, lors de la conférence de presse du Conseil administratif de la Ville le 1er novembre. Depuis cette date, la téléphonie municipale suscite beaucoup d'interrogations.

Guillaume Barazzone, à gauche, lors de la conférence de presse du Conseil administratif de la Ville le 1er novembre. Depuis cette date, la téléphonie municipale suscite beaucoup d'interrogations.

Keystone

17'315 francs. C'est la somme folle qu'a dépensée Guillaume Barazzone en frais de téléphonie en 2017. Le conseiller administratif PDC, sévèrement taclé par la Cour des comptes, a expliqué jeudi 1er novembre que l'abonnement dont il disposait, identique à celui de ses collègues, était «désuet» et «extrêmement cher». A sa décharge, a expliqué le même jour Sandrine Salerno, la magistrate PS chargée des Finances, ce fameux abonnement avait été négocié par la Conférence suisse sur l'informatique (CSI). Selon l'élue, plusieurs de ses pairs s'étaient déjà plaints auprès d'elle d'une formule inadaptée et coûteuse. Mais ce n'est qu'en juillet 2018 que la Ville de Genève a changé sa politique en matière de téléphonie.

L'anomalie Barazzone

17'315 francs. La CSI a-t-elle mal négocié? La Ville de Genève a-t-elle été attentiste? Vérifications faites, il ne semble pas. Le cas Guillaume Barazzone paraît être une anomalie que l'intéressé aurait pu régler lui-même soit en prenant un abonnement privé, soit en modifiant ses habitudes. Le résoudre en changeant d'abonnement d'entreprise n'aurait pas été rationnel. Explications.

Une organisation intercantonale

La CSI est une organisation intercantonale qui négocie des conditions cadres d'abonnement avec Swisscom et Sunrise. Elle en informe ensuite ses membres, les collectivités publiques. Celles-ci traitent alors en bilatéral avec les opérateurs et décident, seules, de contracter. Chaque année, la CSI tente de négocier de nouveaux tarifs. Les cantons et les communes sont alors libres de faire évoluer, ou pas, leurs formules d'abonnement.

La Ville de Genève possédait depuis 2006, pour l'ensemble de ses employés et conseillers administratifs, un abonnement Swisscom clairement orienté téléphonie. Il coûtait 7,19 francs par mois, avec 500 Mo de données internet incluses. Chaque Go supplémentaire était facturé 100 francs, sauf si l'intéressé achetait des packs de données, ce que Guillaume Barazzone, par négligence, a omis de faire.

Quinze gros consommateurs

En 2017, la Municipalité comptait 1482 abonnements. Le coût moyen par personne atteignait 336 francs par an. Le coût médian 154 francs. Au total, les frais se montaient à 499'236 francs. «Sur ces 1482 abonnements, la Ville autorisait une dépense de 1200 francs par an, sauf dérogation exceptionnelle, comme par exemple pour le commandant des pompiers. En 2017, 66 personnes se trouvaient au-dessus de 1200 francs. Et seules quinze dépassaient 2160 francs - soit le prix annuel de l'abonnement illimité XXL de Swisscom», indique Dominik Madon, directeur de la DSIC (direction des systèmes d'information et de communication).

Le détail des négociations

A l'automne 2015, la CSI a informé la Ville que Swisscom introduisait une offre illimitée pour les entreprises. Une réunion a eu lieu en janvier 2016. L'abonnement proposé était à 26 francs mensuels. La Ville a fait ses calculs. Avec les frais de roaming, il lui en aurait coûté 606'000 francs. Elle a décliné. La CSI a continué ses négociations. En mars 2017, elle est revenue avec une offre à 22 francs. Cette fois, la Ville devait débourser 536'000 francs. «Là, cela devenait intéressant de négocier avec Swisscom», expose Dominik Madon.

«Un accord est intervenu en juillet. La migration était prévue en octobre 2017, mais un souci technique avec les lignes des pompiers et des policiers municipaux l'a retardée. Finalement, tout a été finalisé en mars 2018», relate le haut fonctionnaire. Depuis juillet 2018, la Ville de Genève dispose d'un abonnement panaché. Vingt-quatre personnes ont l'abonnement XXL illimité à 99 francs par mois pour la Suisse et l'Union européenne. 235 disposent de l'abonnement à 22 francs par mois illimité en Suisse. Enfin, 1200 autres sont restées à 7,19 francs par mois, avec la gratuité vers toute la téléphonie fixe et mobile de la Municipalité.

Ton opinion