Actualisé 09.02.2015 à 17:28

Fin du taux plancher

Franc fort: l'industrie de la mort tessinoise touchée

Les crématoriums du Tessin perdent leur clientèle italienne. Depuis la décision de la BNS le 15 janvier dernier, les Italiens renoncent à y faire incinérer leurs proches.

A cause de la montée soudaine des prix, les Italiens préfèrent attendre davantage et parcourir de plus longues distances plutôt que de faire incinérer leurs proches au Tessin. L'information diffusée lundi par la radio tessinoise (RSI) a été confirmée à l'ats par une collaboratrice d'une entreprise de pompes funèbres du Val d'Intelvi (I), située sur le bord du lac de Lugano, côté italien.

Rapidité du service appréciée

Les frontaliers apprécient la rapidité du service suisse. Une incinération au crématorium de Lugano (TI) peut être faite en un jour, tandis que pour le même service, il faut souvent compter une semaine à Côme (I).

«C'est une des raisons qui nous poussent à croire que beaucoup d'Italiens retrouveront le chemin du Tessin, malgré le franc fort», a déclaré un porte-parole du crématorium de Lugano. Le Tessin dispose actuellement de trois crématoriums, un quatrième est en construction dans la ville de Chiasso (TI). Ce dernier a été exclusivement pensé pour les besoins des Tessinois et n'est pas dépendant des clients italiens, a-t-il encore précisé.

Crématorium de Côme fermé

Et la situation ne semble pas s'améliorer pour les Italiens: le crématorium de Côme a fermé temporairement pour effectuer les crémations en attente. Le tout devrait durer «5 ou 6 jours», a expliqué un porte-parole de la ville, interrogé par l'ats.

Les villes les plus proches, où les personnes peuvent être incinérées se situent à une ou deux heures de route, tandis que Lugano n'est qu'à 40 minutes de voiture. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!