«Des paroles et des actes»: France 2 annule son débat après une polémique
Actualisé

«Des paroles et des actes»France 2 annule son débat après une polémique

La chaîne ne diffusera pas «Des Paroles et des actes» ce soir après une vive polémique liée à son invitée principale, Marine Le Pen, qui s'est désistée au dernier moment.

David Pujadas anime l'émission politique de France 2 "Des paroles et des actes".

David Pujadas anime l'émission politique de France 2 "Des paroles et des actes".

La présidente du Front National (FN) a annoncé en fin de journée dans un communiqué qu'elle ne participerait finalement pas ce soir à l'émission politique de France 2, «Des paroles et des actes». Dans la foulée, plusieurs médias français ont déclaré que France 2 annulait son émission ce soir.

La président du Front national y dénonce la «mascarade» que constitue à ses yeux l'organisation de cette émission, dont les modalités ont alimenté la polémique ces derniers jours et ces dernières heures.

La chaîne a invité à la dernière minute deux de ses rivaux aux élections régionales de décembre dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, ce contre quoi elle s'est insurgée au motif que «la structure de l'émission était calée».

L'amateurisme et la servilité de David Pujadas (ndlr: le présentateur de l'émission) ont transformé aujourd'hui l'organisation de cette émission en véritable pantalonnade», écrit la candidate aux régionales en Nord-Pas de Calais-Picardie dans un communiqué.

Retour sur la polémique

Auparavant, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, et le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, s'étaient insurgés mercredi de la venue de la présidente du Front national dans une émission en «prime time». Ils avaient convenu de saisir le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Du coup, la chaîne avait changé son fusil d'épaule en conviant ses deux rivaux aux élections régionales «dans une stricte égalité de temps de parole». Mais Marine Le Pen avait alors posé ses conditions pour participer à l'émission. Elle aurait voulu que ces nouveaux débats supplantent les premiers débats prévus, avec le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll et le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, et non pas qu'ils s'y ajoutent.

(nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion