Actualisé 11.09.2008 à 14:01

Mondial 2010France-Serbie: la mobilisation des Bleus a payé

En apnée depuis sa singulière défaite à Vienne, l'équipe de France respire à nouveau après avoir battu la Serbie (2-1) mercredi soir au Stade de France, à l'occasion de son deuxième match des éliminatoires de la Coupe du monde 2010.

Nul ne sait qui est le plus soulagé par ce succès, l'équipe ou son sélectionneur Raymond Domenech. En gagnant, les Bleus ont mis un terme à une série inquiétante de trois revers consécutifs et gardé au chaud leurs espoirs de qualification. Mais ils ont également prolongé le sursis de leur entraîneur, toujours sur le fil du rasoir après l'échec de l'Euro.

Mercredi soir, le public du stade de France a réclamé la démission de Domenech si fort que ce dernier l'a forcément entendu quoi qu'il ait pu en dire lors de la conférence d'après match. Pour autant, Jean-Pierre Escalettes, le président de la Fédération française de football, a confirmé que le dossier sur le maintien du sélectionneur à son poste ne serait rouvert qu'après le déplacement en Roumanie dans un mois.

Au classement du groupe 7, la France est toujours quatrième comme après sa sortie de route à Vienne mais cette fois avec trois points. Cela change car elle est maintenant à égalité avec la Serbie, l'Autriche, qui a perdu (0-2) en Lituanie, et la Roumanie qui a difficilement ouvert son compteur en s'imposant (1-0) aux Iles Féroé. La Lituanie reste leader en ayant fait le plein en deux matches.

Au-delà de l'aspect comptable, la sélection tricolore s'est peut-être relancée dans le jeu. «Je suis soulagé de savoir que cette équipe a répondu à ce que j'imaginais qu'elle était capable de faire. C'est déjà pas mal», a estimé le patron des Bleus.

Domenech avait pu déplorer le manque d'engagement de ses joueurs face aux Autrichiens. Mercredi, il a pu se féliciter d'avoir une équipe «capable de bien jouer au football, de créer quelque chose, de montrer de l'envie, de l'allant».

Auteur d'un bon match, le latéral droit Bacary Sagna a témoigné de la détermination des Français. «On a gagné parce que chacun s'est senti mobilisé et a tiré dans le même sens. On a pris une claque samedi et on a su relever la tête», a-t-il confié.

Raymond Domenech a réussi un joli coup de poker en confiant les clefs du jeu au jeune Yoann Gourcuff qu'il titularisait pour la première fois après l'avoir vu joué au niveau international tout au plus une vingtaine de minutes en deux sélections.

Le Bordelais a déroulé un registre intéressant, évoluant bien entre les lignes serbes, se proposant en appui, cherchant à porter le ballon devant. Il a été, également, passeur sur le deuxième but, celui de Nicolas Anelka.

Souvent critiqué pour son coaching, Domenech a cette fois fait le bon choix en faisant rentrer Anelka dès le début de la seconde période à la place de Karim Benzema. L'attaquant de Chelsea, plutôt décevant en bleu ces derniers temps, a amené sa vitesse et globalement plus de danger.

Son but s'est finalement révélé décisif car les Serbes - alors qu'ils étaient menés 2-0 - ont relancé le suspense en piégeant les Français sur un corner. Après les trois buts venus sur balle arrêtée en Autriche, c'est un peu la mauvaise note de cette soirée de renaissance.

Domenech a, bien sûr, cherché à relativiser. «Tant que l'on marque plus que l'adversaire, cela me va», a avancé le sélectionneur. «On dira que c'est notre point faible. Ils étaient bien tirés, il y avait du monde dans la surface. Cela arrive. J'espère que l'on en prendra de moins en moins».

Les Tricolores se projettent maintenant vers le choc face à la Roumanie qu'ils n'avaient pas pu battre en juin dernier à l'Euro (0-0). Favoris de la poule au même titre que la France, les Roumains ont fait pire en perdant 3-0 à domicile et face à la Lituanie leur premier match.

«La Roumanie ayant perdu un match à domicile, elle ne peut plus se permettre d'en perdre beaucoup non plus. On sait que ce sera un match difficile. Mais c'est dans un mois et il peut s'en passer des choses ...». a assuré Domenech. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!