Wimbledon: Nadal «ne sait pas» s'il pourra jouer sa demi-finale contre Kyrgios

Actualisé

Wimbledon«Franchement, je ne sais pas si je serai sur le court vendredi»

La conférence de presse de Rafael Nadal était très attendue, mercredi soir, après son miracle face à Taylor Fritz. L’Espagnol va passer un scan pour connaître l’étendue de sa lésion.

par
Mathieu Aeschmann
(Londres)
Rafael Nadal était partagé entre satisfaction et inquiétude, mercredi soir après sa victoire face à Taylor Fritz.

Rafael Nadal était partagé entre satisfaction et inquiétude, mercredi soir après sa victoire face à Taylor Fritz.

AFP

Rafael Nadal, lorsque votre sœur et votre père gesticulaient en tribunes, était-ce pour vous dire d’aller vous faire soigner au vestiaire ou pour vous pousser à abandonner?

Ils me disaient d’abandonner. Selon eux, il fallait que j’abandonne. Je l’ai envisagé, l’idée est restée dans ma tête un assez long moment. Mais vous le savez, ce n’est pas facile pour moi d’arrêter en plein match. Je l’ai fait une ou deux fois dans ma carrière et c’est quelque chose que je déteste. Alors j’ai continué, je me suis accroché.

Quelle est la nature de votre blessure et est-ce possible de récupérer correctement d’ici à la demi-finale?

Je n’en sais rien. Je vais passer un scan demain pour mieux comprendre la nature de la lésion aux abdominaux. Là, tout de suite, c’est difficile à dire. Je suis un joueur qui a l’habitude de jouer avec la douleur, gérer différents problèmes. En partant de là, vous imaginez bien que quand j’ai mal comme aujourd’hui, c’est qu’il y a vraiment quelque chose qui cloche. Je traîne ce souci aux abdos depuis quelques jours. Mais aujourd’hui, c’était l’escalade de la douleur et de la gêne. Maintenant, j’ai réussi à gagner ce match. On ne va rien savoir de plus avant demain. On verra.

«À la fin, ce sera ma décision, seulement la mienne. Mais je dois d’abord réunir différents avis.»

Rafael Nadal, au sujet de sa présence vendredi en demi-finale contre Kyrgios

Est-ce que vous pouvez nous dire ce que le physio a fait pour vous durant le temps mort médical au milieu de la deuxième manche? Et est-ce que vous avez tenu grâce à l’adrénaline?

Franchement, les physios ne peuvent pas faire grand-chose dans ce genre de cas. Le docteur est venu, il m’a donné des anti-inflammatoires. Le physio a aussi essayé de relâcher un peu la zone. Mais c’est compliqué. On ne peut pas trop traiter ce genre de lésions. Après, je voulais juste terminer. Puis j’ai voulu me donner une chance. Ce n’est pas facile de quitter Wimbledon, même avec de fortes douleurs. Alors je me suis battu et je suis fier de la manière dont j’ai réussi à rester compétitif dans ces conditions.

Parce que vous avez réussi à retrouver un niveau de jeu assez élevé dans les derniers sets, n’est-ce pas?

Si on laisse de côté le handicap physique et qu’on regarde le niveau de jeu, la manière dont je touchais la balle, je trouve que c’était excellent. Franchement, je touche très bien la balle. Je n’ai pas gagné ce match grâce à mon service, on est d’accord. Mais j’ai réussi à adapter mon jeu aux circonstances et j’ai joué assez bien pour le dominer à l’échange

Au moment où nous parlons (ndlr. mercredi 21 h 30), quelles sont les chances que vous soyez sur le court vendredi pour affronter Nick Kyrgios?

Je n’en ai aucune idée. Je ne peux pas vous donner une réponse claire. Si je le fais, je risque d’être un menteur demain ou vendredi en fonction des résultats du scan. À la fin, ce sera ma décision, seulement la mienne. Mais je dois d’abord réunir différents avis, tout vérifier le mieux possible. Et je déciderai.

Ton opinion

5 commentaires