François Fillon a pris jeudi ses fonctions de Premier ministre
Actualisé

François Fillon a pris jeudi ses fonctions de Premier ministre

François Fillon a assuré qu'il respecterait «tous les engagements» pris dans la campagne présidentielle.

Dans une première allocution prononcée aux côtés de son prédécesseur Dominique de Villepin devant le perron de Matignon, le nouveau Premier ministre s'est placé dans la droite ligne de Nicolas Sarkozy. «C'est mon devoir, c'est mon mandat: je respecterai tous les engagements que nous avons pris parce que la rénovation politique est à ce prix», a-t-il promis comme l'avait fait la veille le président lors de son investiture.

Le nouveau Premier ministre a aussi insisté sur «l'ouverture voulue par le président de la République», qui devrait se traduire rapidement dans la composition de son équipe gouvernementale. Celle-ci sera, sauf surprise, annoncée vendredi.

Dès jeudi midi, François Fillon s'est rendu à l'Elysée, avant de poursuivre dans l'après-midi ses consultations sur la finalisation de son équipe gouvernementale et les premières actions à prendre dans les premiers jours.

En haut de l'agenda du Premier ministre figure aussi la préparation des législatives de juin. Si la majorité présidentielle est confirmée, les premiers projets de loi devraient être adoptés au cours d'une session parlementaire extraordinaire en juillet. Les textes devraient organiser la défiscalisation des heures supplémentaires, la suppression des droits de succession pour les patrimoines petits et moyens, la déduction des intérêts du revenu imposable sur l'achat de logements, le durcissement des règles du regroupement familial pour les étrangers et la mise en place de peines plancher pour les multirécidivistes.

Avant la fin de l'année, le gouvernement devrait aussi faire adopter une loi interdisant les «parachutes dorés» et une autre sur le service minimum dans les transports. Le «plan Marshall» des banlieues, destiné à offrir une formation ou un emploi à 250 000 jeunes, devrait aussi être lancé dès l'été.

Arrivée à Matignon à pied avec sa femme Penelope, François Fillon a exprimé «la gratitude de la nation» à l'égard de Dominique de Villepin. «La France aujourd'hui est plus solide qu'elle ne l'était il y a cinq ans», a-t-il ajouté, non sans rappeler que l'élection présidentielle avait marqué le choix d'une «politique nouvelle».

Visiblement ému, Dominique de Villepin a remercié le personnel de Matignon rassemblé dans la cour, malgré une pluie fine, avant de quitter Matignon en voiture, en compagnie de sa femme Marie-Laure. Dans un geste plein d'ironie, celle-ci avait choisi de passer une veste blanche imprimée pour l'occasion des mots «Adios», «Bye bye», «Ciao» ou encore «Salut». Leur fils Arthur était aussi présent.

Malgré la cordialité de mise lors de la passation de pouvoir, les deux hommes n'entretenaient pas les meilleures relations. Ministre du gouvernement Raffarin, François Fillon avait rêvé de Matignon, mais a été écarté du gouvernement en 2005, alors que Dominique de Villepin devenait Premier ministre.

Dominique de Villepin n'a pas annoncé ce qu'il ferait à l'avenir, se contentant d'indiquer qu'il souhaitait continuer à «servir la France», mais «autrement». Dans l'immédiat, il avait prévu de commencer par une journée en famille, a précisé son entourage. (ats)

Ton opinion