Mali: François Hollande accueilli avec ferveur
Actualisé

MaliFrançois Hollande accueilli avec ferveur

Le président est arrivé samedi à Tombouctou, où il a été accueilli avec ferveur par la population de Tombouctou, ville emblématique récemment reprise aux groupes islamistes qui l'occupaient.

François Hollande, accompagné du président malien par intérim Dioncounda Traoré, doit visiter samedi à Tombouctou une mosquée historique, le centre de conservation de précieux manuscrits anciens, dont certains ont été incendiés par les islamistes, et rencontrer la foule.

Sur la place principale de la ville en partie désertée par ses habitants ayant fui l'occupation jihadiste, entre 2000 et 3000 personnes étaient rassemblées pour «dire merci» à la France, dansant au son des tam-tams, qui étaient interdits par les groupes islamistes, comme toute autre forme de musique.

Tombouctou, à 900 km au nord-est de Bamako, a été placée sous très haute surveillance: des militaires français sont en position tous les 100 mètres, des blindés patrouillent dans les rues, ainsi que des pick-up remplis de soldats maliens.

Avec trois ministres

Le président français est accompagné de trois ministres: Laurent Fabius (Affaires étrangères), Jean-Yves Le Drian (Défense) et Pascal Canfin (Développement).

Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) et Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), qui ont occupé Tombouctou pendant dix mois, y ont commis de très nombreuses exactions, au nom d'une interprétation rigoriste de la charia (loi islamique): amputations, coups de fouet aux couples «illégitimes», aux fumeurs.

Ils ont imposé le port du voile intégral aux femmes, interdit la mixité dans les écoles, le football, la danse et la musique. Ils ont également choqué le monde en détruisant des mausolées de saints musulmans adulés par les populations locales, assimilant cette vénération à de «l'idolâtrie».

Juste avant de se rendre à Tombouctou, le président Hollande avait été accueilli à Sévaré (centre) par le président Traoré. Les deux chefs d'Etat doivent ensuite aller à Bamako à la mi-journée pour un déjeuner de travail et un discours en public.

(ats)

Ton opinion