Actualisé 02.10.2013 à 15:40

France

François Hollande recadre ses ministres

Le président français a sommé mercredi ses ministres de cesser de se quereller sur le dossier des Roms.

Le recadrage de François Hollande intervient après une semaine de bisbilles. Il en a appelé à la solidarité gouvernementale pour redresser la France.

Il a mis un «terme définitif à la polémique de ces derniers jours en rappelant que la France avait des valeurs et des principes et que notre politique à l'égard des populations Roms les respectait scrupuleusement, cela n'a pas à être mis en doute un seul instant», a déclaré la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

«S'il subsiste une dissension entre ministres, elle doit être arbitrée en interne par le président lui-même», a-t-elle ajouté à la sortie du conseil des ministres.

Lors du Conseil des ministres hebdomadaire, François Hollande a critiqué implicitement son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Il lui a demandé de «veiller encore davantage à la coordination du travail et à l'expression gouvernementale», a-t-elle dit.

Le président «a appelé chaque ministre autour de la table à faire preuve de responsabilité». Selon la porte-parole, François Hollande «a déploré avoir à faire cette mise au point et a dit clairement ne pas vouloir le refaire à l'avenir» et «tout le monde a compris autour de la table».

Le président socialiste devait remettre de l'ordre dans son gouvernement divisé notamment sur le travail le dimanche ou la semaine de travail scolaire. En moins d'une semaine, le gouvernement français a donné le spectacle de ministres s'invectivant en public sur l'intégration des Roms dans la société française.

Déclarations sur les Roms

La cohésion gouvernementale a été mise à mal avec des déclarations de Manuel Valls. Le ministre de l'Intérieur avait assuré que les Roms n'ont pas vocation à s'intégrer en France en raison de leur mode de vie mais à être reconduits en Bulgarie et Roumanie.

Ces propos lui ont valu de vives critiques de l'écologiste Cécile Duflot, ministre au Logement pour qui les valeurs de la République sont bafouées avec de tels propos. Manuel Valls a été désavoué mardi par Jean-Marc Ayrault qui a jugé que les Roms pouvaient s'intégrer en France.

Le Premier ministre a confirmé mercredi sa confiance en Manuel Valls. «J'ai toute confiance dans le ministre de l'Intérieur», a dit Jean-Marc Ayrault, interpellé par l'opposition sur cette polémique lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale.

Travail dominical

L'exécutif a aussi montré des difficultés à avoir une position claire sur le travail le dimanche. Selon la loi française, celui-ci doit être une exception, laquelle se heurte à la réalité d'une crise économique toujours vive et un chômage élevé.

La réforme controversée des rythmes scolaires qui fait désormais travailler les enfants le mercredi matin est un autre bâton dans les roues du gouvernement français. Des 24'000 communes possédant au moins une école, environ 4000 ont sauté le pas dès cette année: 1,3 million d'écoliers du public ont ainsi renoué avec la semaine de 4,5 jours, supprimée par la droite en 2008.

Appel à la raison

Vingt-deux députés de la majorité ont lancé mercredi un appel à la raison aux membres du gouvernement. Selon eux, les bisbilles à répétition sapent l'action de l'Etat dans un climat qui ressemble à celui de «l'avant-guerre».

Selon un récent sondage, François Hollande reste impopulaire avec seulement 32% de bonnes opinions. La perspective d'une éventuelle débâcle pour son camp aux élections municipales de mars devrait le conduire à reprendre l'initiative sur un plan intérieur secoué. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!