Actualisé 13.02.2019 à 08:31

Genève

Fraude électorale: vers le classement

L'affaire de la «vraie-fausse» fraude, dans laquelle était mise en cause une candidate de Genève en Marche, a donné lieu à une dernière audition.

de
jef
L'affaire avait éclaté en avril 2018, quelques jours avant les élections cantonales genevoises.

L'affaire avait éclaté en avril 2018, quelques jours avant les élections cantonales genevoises.

Keystone/Martial Trezzini

La montagne semble accoucher d'une souris. Vendredi, le procureur général a mené une ultime audience liée à l'affaire de la «vraie-fausse» fraude électorale qui avait éclaté en avril 2018, avant les élections. La prévenue, ex-candidate de Genève en Marche, avait cherché à soutirer 500 fr. à un colistier, arguant pouvoir lui vendre des votes. Elle avait surtout nommé deux hommes censés se livrer à un trafic de bulletins. Entendus vendredi, ils ont nié. Et, ajoute Me Benjamin Grumbach, «ils ont très clairement confirmé que ma cliente ne leur avait jamais proposé de vendre ou d'acheter des bulletins, ni qu'elle s'était livrée à ce genre de pratique.» Aucune autre audience n'est prévue. Le classement paraît proche.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!