Actualisé 06.07.2010 à 20:04

Signal-de-Bougy (VD)Frayeur, la tyrolienne se décroche

Un amateur d'accrobranche a subi une lourde chute, après que le filin qui le ramenait au sol a cédé.

de
Joël Burri
Les parcours dans les arbres restent une activité sûre, selon le Bureau de prévention des accidents.

Les parcours dans les arbres restent une activité sûre, selon le Bureau de prévention des accidents.

«Je ne m'explique pas que cette défectuosité ait passé au travers de nos nombreux contrôles», s'étonne Jean-Claude Hefti.

Secoué par la chute d'un client, dimanche après-midi, le directeur technique des Parcs Aventure affirme que toute l'installation a été contrôlées lundi. Le site offre plusieurs parcours dans les airs permettant de traverser la cime des arbres. Ils sont composés de câbles, de ponts et d'échelles.

Mais ce week-end, l'impensable s'est produit: «Alors qu'un adulte s'élançait sur la dernière tyrolienne d'un des parcours, l'attache du câble au dernier arbre s'est décrochée, explique le directeur technique. Cela ne peut se produire qu'en fin de parcours, à faible hauteur: c'est là que se trouve l'extrémité du câble.» Plus de peur que de mal: le client qui a chuté n'a pas été blessé. «Il s'est montré très compréhensif», note Jean-Claude Hefti.

Depuis l'ouverture du premier Parc Aventure, à Aigle, il y a dix ans, c'est la première fois qu'un incident lié à ce type d'installation est à déplorer. La chaîne compte aujourd'hui quatre site. Diverses mesures sont envisagées, comme l'ajout de brides supplémentaires pour renforcer la fixation finale du câble.

Pas de normes obligatoires imposées aux parcs de loisirs

Porte-parole du Bureau de prévention des accidents (bpa), Magali Dubois le rappelle: «En Suisse, il n'y a pas de norme à respecter obligatoirement.» Elle considère toutefois que «de manière générale, on peut dire que dans notre pays, les parcs de loisirs sont faits de manière sérieuse». La plupart des exploitants se conforment toutefois à la norme SN EN 15567. Il existe aussi, au niveau national, l'organisation Swiss TS qui propose des inspections et un label.

Vérifier son assurance

Les vacances sont propices aux expériences nouvelles. Mais pour que cela ne vire pas au cauchemar, le bpa tient pour chaque activité une liste de conseils. L’association Suisse d’assurances conseille, elle, aux aventuriers en herbe de vérifier qu’ils sont bien couverts par une assurance accident. «En plus, si l’on risque de blesser une tierce personne, il faut être sûr d’avoir une assurance en responsabilité civile.» Pour les sports extrêmes, une complémentaire peut être nécessaire.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!