Actualisé 13.07.2012 à 17:23

ParisFrédéric Mitterrand manque d'amour

L'ex-ministre de la Culture et de la Communication n'a pas eu le temps d'avoir une vie sentimentale pendant son mandat.

de
Ludovic Jaccard
Le politicien de 64 ans n'a pas eu le temps d'avoir un compagnon durant ces trois dernières années.

Le politicien de 64 ans n'a pas eu le temps d'avoir un compagnon durant ces trois dernières années.

En mai dernier, Frédéric Mitterrand fermait définitivement son bureau parisien du ministère de la Culture et de la Communication. Interviewé par le site Yagg.com, le neveux de François Mitterrand s'est confié avec sincérité sur ses trois années en tant que ministre. Une fonction qui occupait tout son temps. «Quand on est ministre, on est ministre en permanence», a-t-il expliqué. Et n'ayant pas de compagnon, le politicien de 64 ans regrette «l'absence totale de toute vie amoureuse» durant cette période.

Il ne lui était pas facile non plus de batifoler. «Ça m'est arrivé, mais il se trouve qu'actuellement, je n'ai pas de relation permanente, confie Frédéric. Donc ça n'aurait pu être que des aventures, et des aventures, je ne peux pas les avoir chez moi parce que j'ai mon fils et je ne veux pas lui imposer ça. Ça peut difficilement se passer au ministère.»

Quant à la drague, inutile d'y penser lorsque l'on est ministre! «Aller draguer, en laissant les officiers de sécurité à la porte du lieu de drague? Jamais. Je peux pas faire ça. Donc voilà, il n'y a pas eu de vie amoureuse, il y a eu trois ou quatre petites... escarmouches, mais vraiment très clandestines. Ce n'est pas satisfaisant. Je l'ai très bien accepté en même temps, c'est tellement intéressant d'être ministre que vous renoncez à beaucoup de choses.»

En tant qu'homme politique, ouvertement gay, Frédéric Mitterrand ne se sentait-il pas un peu seul au gouvernement? «Je n'ai pas ce type de perception. Les relations que j'entretiens avec les responsables politiques ne sont pas orientées par ce genre de considérations. Cela dit, de temps en temps, je m'amuse, au conseil des ministres, à me dire : «Est-ce qu'il y en a un, à un moment où un autre, qui pourrait ou aurait pu faire partie de la fanfare?», a-t-il raconté avec humour dans «Têtu».

Suivez toute l'actualité des stars sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!