Bienne: Fresques menacées par la vapeur du café
Actualisé

BienneFresques menacées par la vapeur du café

Un «bar d'attente» devait être construit dans la gare. Des peintures fragiles compromettent le projet.

par
Côme Gallet

L'aménagement d'une salle d'attente-cafétéria en gare de Bienne a du plomb dans l'aile. La vapeur des machines à café risque d'endommager les fresques quasi centenaires du peintre Philippe Robert (1881-1930), qui ornent les murs du hall. C'est en tout cas l'avis de Rolf Weber, responsable bernois de la protection des monuments historiques.

«Ce lieu magnifique était peu fréquenté, nous voulions que les gens le découvrent», explique Franco Petterino, architecte en charge de la rénovation du bâtiment. Il proposait de rendre le lieu plus attirant en y installant un bar. En lieu et place, Rolf Weber suggère qu'une serveuse d'un des restaurants de la gare prenne les commandes et apporte aux voyageurs les boissons, rapporte le «Journal du Jura».

Selon Jean-Philippe ­Schmidt, porte-parole des CFF, le confort des voyageurs reste néanmoins satisfaisant. «Le temps d'attente des usagers est de plus en plus court et, désormais, tous les quais disposent de petits abris. Mais nous essayons de répondre, autant que possible, aux besoins des clients tout en respectant le patrimoine», conclut Jean-Philippe Schmidt.

Réouverture prévue l’an prochain

«La salle d’attente ouvrira ses portes en automne 2010», annonce le panneau des CFF en gare de Bienne, plus de deux ans après sa fermeture. Pourtant, seuls un store automatique et une caméra ont été installés, d’après Franco Petterino. «Nous avons décidé de fermer le hall en juillet 2008 pendant toute la durée des travaux pour préserver les œuvres», précisent les CFF.

Ton opinion