Actualisé 21.10.2015 à 09:04

Hockey - LNA

Fribourg en excellent gestionnaire

Gottéron a conservé sa place de leader de LNA, en allant s'imposer à Genève (3-5) grâce à son froid réalisme habituel.

de
Robin Carrel, Genève

Au terme d'un partie brouillonne et dont le premier tiers-temps était digne d'un film d'horreur – tant pour le jeu des deux formations que pour la (grave?) blessure de Jérémie Kamerzin –, les Fribourgeois ont fait ce qu'ils avaient à faire: rentrer chez eux avec les trois points en poche. Mais les Dragons ne doivent pas se satisfaire de ce genre de prestations. Ils ont été d'un froid réalisme et Benjamin Conz les a sortis de bien des mauvais pas.

Grâce à l'abnégation de Greg Mauldin, Killian Mottet a ouvert le score à la 13e. Ryan Gardner a ensuite parfaitement servi Neukom pour le 0-2 neuf minutes plus tard sur un des rares temps forts des visiteurs. Les Servettiens avaient plus souvent la rondelle, ils essayaient de tromper Conz à de nombreuses reprises et (un peu trop souvent) d'un peu n'importe où, mais le dernier rempart veillait.

La pression genevoise s'intensifiait et la récompense a fini par tomber à la 30e. Il a tout de même fallu une passe lumineuse d'un... Fribourgeois, pour que Daniel Rubin ne réduise le score. Gottéron a plié et a même failli rompre à la suite de deux buts en supériorité et en moins de deux minutes de Timothy Kast et de Noah Rod. Mais Tristan Vauclair traînait au bon endroit à la 52e et a classé l'affaire. Killian Mottet a enfoncé définitivement le clou dans la foulée.

La troupe de St-Léonard restait sur trois échecs en déplacement et a donc redressé la barre sans la manière. Mais c'est comme ceci que les hommes de Gerd Zenhaüsern ont arraché de nombreuses victoires et c'est grâce à ce froid réalisme devant le but – Fribourg est une des équipes qui cadrent le moins de tirs en Ligue nationale A! – que les Dragons trônent en tête du classement. S'ils pouvaient y ajouter un soupçon de panache...

L'histoire du jour, finalement, se déroulait plutôt en coulisses. Chris Rivera devait faire son grand retour sur «sa» patinoire, sous les couleurs de l'ennemi. Il n'en a rien été. «Malade», disait la version officielle. «Il est absent», a simplement commenté le chef de presse de Gottéron. «Cela se passe dans les hautes sphères», a souri celui du camp d'en-face. Dommage. Sa présence sur la glace aurait peut-être permis aux spectateurs de s'égosiller plus souvent que quand c'est gentiment demandé sur l'écran géant.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!