Alain Berset: Fribourg fête l'élection du président du Conseil des Etats

Actualisé

Alain BersetFribourg fête l'élection du président du Conseil des Etats

Le canton de Fribourg a fêté mercredi son représentant le plus haut perché à Berne.

Il a concocté un véritable marathon en l'honneur du nouveau président du Conseil des Etats Alain Berset.

En dépit d'un froid de canard, les Fribourgeois ont été nombreux à participer à la cérémonie officielle sur la place de l'Hôtel-de- ville, dans une ambiance bon enfant teintée d'un zeste de fierté et d'émotion. Du vin chaud et du thé à la cannelle embaumaient l'air et réchauffaient l'assistance.

De nombreuses personnalités fédérales et cantonales se sont jointes à la fête. Au hasard de la foule, on pouvait noter la présence de l'évêque de Lausanne, Fribourg et Genève, de l'ancien conseiller fédéral Joseph Deiss ou de l'ancienne conseillère aux Etats Christiane Brunner (PS/GE).

Le président de la Confédération Pascal Couchepin a tressé des lauriers à Alain Berset et a vanté ses qualités de «bon artisan de la politique», son équilibre entre innovation et connaissance des traditions. Dans une grande envolée, il l'a mis en garde contre les médias: «Attention Alain, les médias sont comme Chronos et dévorent leurs enfants», lui souhaitant de les abandonner avant qu'eux ne l'abandonnent.

Le président du Conseil d'Etat fribourgeois Pascal Corminboeuf a relevé pour sa part l'esprit de Fribourg et a appelé à le cultiver «dans un monde qui a perdu la boussole par ses trop nombreuses monocultures, qu'elles soient financières ou vides d'éthique et d'histoire méditée».

La prochaine étape

Quant au syndic de Fribourg, Pierre-Alain Clément, il a rappelé qu'Alain Berset était le plus jeune président du Conseil des Etats des 20e et 21e siècle, mais qu'au 19e six sénateurs aussi jeunes que lui ont présidé le vénérable cénacle et sont pour certains devenus conseillers fédéraux: «Un heureux présage», s'est demandé le syndic.

La fête, à laquelle la population était invitée en plusieurs endroits, a été placée par le gouvernement cantonal sous le thème de «La touche fribourgeoise». Par «touches» successives, le canton a présenté les différentes facettes de son identité.

A bord d'un train spécial en partance de Berne, Alain Berset a choisi d'entrer dans le canton par le district du Lac, sa région d'origine: à Chiètres, la touche a été bilingue et folklorique. A Belfaux, commune sarinoise dans laquelle il réside, l'accent a été mis sur la jeunesse.

A pied à travers la ville

L'arrivée à Fribourg et le cortège, de la gare au Bourg, puis la réception devant l'Hôtel-de-ville, ont marqué une touche plus traditionnelle. Après un interlude musical, le contingent des Grenadiers a tiré une salve d'honneur.

Enfin la soirée aura permis aux invités de découvrir la gastronomie fribourgeoise à Belfaux. Cette touche gourmande devait se parer de couleurs jazzies, clin d'oeil aux talents pianistiques du sénateur fribourgeois qui a dirigé jusqu'à récemment le club de jazz «La Spirale». (ats)

Ton opinion