Berne: Fronde juvénile contre les élus indéboulonnables
Actualisé

BerneFronde juvénile contre les élus indéboulonnables

De plus en plus de jeunes politiciens ont en marre d'attendre que leurs aînés quittent leur poste pour pouvoir siéger à Berne. Plusieurs partis limitent déjà la durée des mandats.

par
Jaqueline Büchi/ofu

«Certains ont de la peine à faire une croix sur leurs privilèges, du moment qu'il ont été nommés à Berne. C'est regrettable», affirme le président de la Jeunesse socialiste, Fabian Molina. Un avis partagé par Maurus Zeier, à la tête des Jeunes libéraux-radicaux: «La politique a besoin de changement. Ceux qui y sont depuis trop longtemps risquent de devenir mous et fatigués.»

En Suisse, un nombre croissant de jeunes politiciens en ont marre d'attendre que leurs collègues de parti plus âgés libèrent la place pour pouvoir siéger à Berne. «Les jeunes ne sont pas assez représentés aux niveaux national et cantonal», renchérit Andreas Lustenberger, des Jeunes Verts.

Durée limitée à douze ans

Plusieurs partis ont toutefois déjà pris des mesures pour limiter la durée des mandats des parlementaires. Mais ces restrictions ne sont pas appliquées partout, puisqu'elles sont décidées par les sections cantonales, là où les candidats au Conseil national et au Conseil des Etats sont désignés.

Fabian Molina avait demandé il y a deux ans la démission des élus socialistes Andreas Gross (ZH), Anita Thanei (ZH) et Christine Goll (ZH). Les deux femmes avaient fini par céder. Depuis, le PS a introduit la notion de mandats limités dans dix de ses vingt-six sections cantonales. Dans les cantons de Berne et de Genève, la restriction est fixée à quatre législatures. Dans les cantons de Bâle-Ville, du Jura, du Tessin, du Valais, de Zurich et de Vaud, les mandats peuvent être reconduits trois fois. Les parlementaires argoviens peuvent siéger durant douze ans au maximum et seize ans à Neuchâtel.

En tenant compte de cette nouvelle donne, Jacqueline Fehr (ZH), Chantal Galladé (ZH), Anita Fetz (BS) et Silvia Schenker (BS) pourraient être amenées à partir l'année prochaine. Seuls ceux qui atteignent une majorité de deux tiers des voix à l'assemblée des délégués peuvent envisager de briguer un mandat supplémentaire. Les élus socialistes d'Argovie et de tous les cantons latins, excepté Fribourg, risquent le même sort dans les années à venir.

Ténors poussés vers la sortie?

Des parlementaires d'autres partis ne pourront probablement pas non plus se porter à nouveau candidat en 2015. Parmi eux, ont trouve notamment Christoph Darbellay (PDC/VS) et Ueli Leuenberger (Verts/GE). Dans leurs formations respectives, la durée des mandats est également limitée à douze ans par les sections cantonales, écrit le «TagesAnzeiger».

Malgré cela, Andreas Lustenberger ne pense pas que des restrictions appliquées à la totalité des sections des Verts soient nécessaires: «D'autres partis sont bien plus confrontés à ce genre de problème que nous.» Jean-Pascal Ammann, président des Jeunes démocrates-chrétiens, va plus loin et considère que la restriction de la durée d'un mandat peut être contre-productive: «On veut éviter à tout prix d'introduire un quota pour les jeunes politiciens.»

Les Jeunes UDC, eux, sont totalement opposés à l'introduction d'une quelconque limitation. «Ce sont les plus âgés qui nous soutiennent le plus», affirme leur président, Anian Liebrand.

Ton opinion