Fusion autorisée dans le négoce boursier
Actualisé

Fusion autorisée dans le négoce boursier

Les sociétés de la place financière suisse SWX, SIS et Telekurs pourront fusionner, à condition de mettre leurs infrastructures à disposition d'autres offreurs.

Telle est la condition posée mardi (hier) par la Commission de la concurrence (Comco).

La concentration entre le groupe SWX, exploitant de la Bourse suisse et de sa filiale virt-x à Londres, le groupe SIS, qui exécute les transactions financières, et Telekurs, offreur de différentes prestations financières, peut être réalisée du point de vue du droit des cartels, a communiqué mercredi la Comco. L'examen préalable a toutefois révélé des indices selon lesquels la concentration entre les trois entreprises offre de nouvelles possibilités aux banques suisses de «cloisonner et discriminer des concurrents potentiels».

Les conditions posées à la fusion par la Comco reposent sur le «Code of conduct for clearing and settlement». L'infrastructure nationale du marché financier doit notamment être accessible sans discrimination entre concurrents. La liberté de choix des banques et des négociants dans le cadre des transactions de la bourse doit également être garantie, ainsi que la transparence des prix et la division des produits et des services. Il s'agit ainsi d'assurer à l'avenir une «architecture ouverte» de l'infrastructure du marché financier ainsi qu'un accès libre au commerce boursier et à l'exécution des transactions boursières. Les éventuels problèmes au niveau de la surveillance vont être examinés par la Commission fédérale des banques.

Dans un communiqué de presse commun, SWX, SIS et Telekurs relèvent que le Code de conduite européen du secteur de la compensation et du règlement (CoC) «demeurera respecté» avec la nouvelle entité nommée «Swiss Financial Market Services». Les trois sociétés avaient déjà annoncé en novembre 2006 le respect du CoC. La fusion, qui doit être réalisée l'an prochain, a été annoncée le 15 mai dernier. Elle doit permettre de mieux faire face à la concurrence accrue entre places financières et à la rapidité des changements des besoins de la clientèle. (ap)

Ton opinion