Valais: Fusion et recapitalisation des caisses de pension

Actualisé

ValaisFusion et recapitalisation des caisses de pension

Le processus d'assainissement des deux caisses de pension de l'Etat du Valais devrait aboutir à une fusion le 1er janvier 2010.

La nouvelle et unique caisse sera recapitalisée et devra présenter un taux de couverture de 80% le 1er janvier 2012 au plus tard.

Ces dispositions figurent dans un projet de modification de la loi régissant les institutions étatiques de prévoyance (LIEP). Adopté par le Conseil d'Etat, le projet a été présenté jeudi à Sion et sera soumis au Parlement valaisan en février 2009.

La nouvelle caisse fusionnée s'appellera CPVAL, pour Caisse de prévoyance du Valais. Elle naîtra de l'absorption des actifs et passifs de la Caisse de retraite et de prévoyance du personnel enseignant du canton du Valais (CRPE) par la Caisse de prévoyance du personnel de l'Etat du Valais (CPPEV).

570 millions à injecter

La recapitalisation se fera en deux phases. D'abord il s'agira d'injecter 310 millions de francs, dont 55 millions pour que les deux caisses présentent un taux de couverture identique et puissent fusionner. Actuellement, la CRPE présente un taux de 60% environ, la CPPEV de 61%.

Dans une deuxième phase qui s'étendra jusqu'au 1er janvier 2012 au plus tard, il s'agira de compléter la recapitaliation pour parvenir au degré de couverture de 80% fixé dans la LIEP. Le montant n'est pas encore connu mais il est estimé à 260 millions de francs.

Sur ces sommes empruntées, le canton devra payer une charge annuelle totale d'intérêt estimée à 24 millions de francs environ, remboursable sur 40 ans. Soit à terme une charge pour l'Etat d'environ 1 milliard de francs.

Les méfaits du crack boursier

En 2007, le Conseil d'Etat, sur approbation du Grand Conseil, a injecté 605 millions dans ses deux caisses. Suite à cela, le taux de couverture est monté à plus de 70% pour chacune d'elle. Puis, la bourse a dégringolé faisant chuter ces mêmes taux de couverture à 60% environ.

Selon le Département cantonal des finances, si l'Etat ne fait rien aujourd'hui, la CPPEV dépensera dès 2020 plus qu'elle n'encaissera. Une situation intenable que connaît déjà actuellement la CRPE.

(ats)

Ton opinion