Actualisé 21.05.2019 à 05:42

Football

Futur ex-coach, il fustige le traitement des entraîneurs

Dieter Hecking a conduit le Borussia Mönchengladbach à la 5e place de Bundesliga et donc en Europa League. Mais il ne sera pas reconduit. Il espère que son appel du cœur sera entendu.

de
Sport-Center

Que faut-il faire pour garder son emploi en tant qu'entraîneur à moyen ou long terme? C'est la question qu'à posée dimanche Dieter Hecking, dont le contrat à la tête du Borussia Mönchengladbach ne sera pas renouvelé la saison prochaine. Et ce bien qu'il ait emmené la première équipe à la cinquième place finale du classement de Bundesliga, synonyme de qualification pour l'Europa League.

Dimanche, à l'occasion de son ultime conférence de presse en tant que coach de die Fohlen, Hecking en a profité pour tirer la sonette d'alarme sur le traitement de ses pairs en Allemagne. L'homme s'est ouvert pour déclarer que la situation actuelle ne pouvait pas durer. «Regardez en 4e ligue: le Viktoria Cologne a licencié son entraîneur lors de la 33e journée, alors qu'il était en tête du classement. En 2e ligue, Markus Anfang a décroché avec brio le titre de champion. Il est viré. Et chez le champion, le Bayern Munich, Niko Kovac est remis en question malgré le fait qu'il soit en course pour un doublé (ndlr: Coupe et championnat), a posé le technicien de 53 ans. Ces exemples m'indique que nous, entraîneurs, pouvons rester à la maison. On n'a pas besoin de nous. Si on nous traite ainsi en cas de succès - je ne parle pas de cas où on passe dix matches sans marquer de points - mais si on doit composer avec la menace même en cas de succès, c'est une nouvelle histoire. Et elle ne nous fait absolument pas du bien.»

Dieter Hecking a aussi rappelé qu'en 1ère ligue, il y avait eu 15 changements d'entraîneurs. Huit en cours de saison, sept à la fin. Un scénario qui se répète depuis plusieurs saisons. «Si ça continue ainsi, on se demandera bientôt où sont les entraîneurs qui ont continuellement du succès? Ils ne peuvent pas en avoir si on s'en sépare aussi en cas de succès. Pourtant les entraîneurs sont bons. En cas de défaites, nous savions déjà à quoi nous en tenir. En cas de succès, nous pensions que nous étions assez bien. Mais en ce moment ce n'est plus le cas. On verra comment ça évolue, mais d'après moi ça ne peut pas continuer comme ça», a prévenu Hecking.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!