Révélations: Garbani: «Je suis certainement alcoolique»
Actualisé

RévélationsGarbani: «Je suis certainement alcoolique»

Dans une interview donnée à des étudiants en journalisme, l'ex-conseillère communale neuchâteloise revient sur son passé, ses démons et évoque son avenir.

par
lgl
Valérie Garbani lors de la conférence de presse de 2008 où elle avait notamment accusé Jean Studer de diffamation.

Valérie Garbani lors de la conférence de presse de 2008 où elle avait notamment accusé Jean Studer de diffamation.

Valérie Garbani, ex-conseillère communale de la ville de Neuchâtel se décrit elle-même comme honnête et le prouve lors d'une interview donnée à des étudiants de l'Académie du journalisme de Neuchâtel, dans le cadre d'un travail sur les effets pervers des médias, publié mardi dans «L'Express». Carrière, alcool, projets, Garbani joue le jeu et dit tout.

Une personnalité atypique

«Je suis à 80% honnête et à 20% naïve», se décrit Valérie Garbani. C'est cette personnalité différente qui, selon elle, a dans un premier temps fait décoller sa cote de popularité dans la sphère politique, mais qui l'a aussi menée à sa perte: «En effet, les femmes en politique sont d'habitude mariées et ont des enfants, ce qui n'est pas mon cas. Moi, je n'ai pas une vie rangée.» Ce mode de vie n'avait notamment pas du tout séduit Jean Studer, qui l'avait décrite comme étant «au plus mal» juste avant les élections cantonales de 2008. Elle réfute ces accusations et traite Studer de diffamateur. Malgré le risque de voir son existence redevenir un feuilleton, elle affirme ne pas vouloir en changer.

«Je suis certainement alcoolique»

Cependant, son mode de vie semble encore être hanté par un vieux démon: «J'ai arrêté de boire pendant une année et demie, mais récemment j'ai recommencé épisodiquement et je n'aurais pas dû», raconte-t-elle en riant. Se considérant comme une alcoolique sociale, elle avoue avoir eu de la peine à changer ses habitudes: «Le plus difficile lorsqu'on est alcoolique est de l'accepter. Une fois que l'on a accepté le fait que l'on a un problème avec l'alcool, on peut commencer à se soigner.»

Future journaliste?

«Mais si je décide de revenir en politique à Neuchâtel, ce sera seulement lorsque tous mes anciens collègues seront à la retraite.» Les Neuchâtelois n'auront probablement plus l'occasion de revoir Valérie Garbani fouler les marches du Château. En revanche, les Romands auront peut-être la chance de l'entendre sur les ondes hertziennes. En effet, malgré son ressentiment à l'égard des médias – elle reproche notamment au «Matin» son acharnement à l'époque de l'«Affaire Garbani» – l'ex-politicienne se voit bien poursuivre sa carrière à la radio, et plus particulièrement à Couleur3: «J'adore cette radio.»

Ton opinion