Europe: Gare au p'tit verre quotidien de rouge
Actualisé

EuropeGare au p'tit verre quotidien de rouge

Une étude démontre le lien entre quantité d'alcool et nombre d'infarctus. Les experts déconseillent une consommation même modérée d'alcool.

par
rga / cgo
Selon Epic, une étude européenne, 10% de tous les cancers chez les hommes seraient dus à la consommation d'alcool.

Selon Epic, une étude européenne, 10% de tous les cancers chez les hommes seraient dus à la consommation d'alcool.

Que n'a-t-on dit pour rassurer tout le monde en clamant à tout vent que le p'tit verre de rouge ne nuisait à la santé de personne!. La sacrosainte science y aurait même décelé un bienfait pour les artères, clamait-on à l'époque.

Eh bien, il n'en est rien. Aujourd'hui, cette pratique est décrite comme dangereuse, selon le «Tages-Anzeiger», qui se réfère à l'étude Epic (European Prospective Investigation into cancer and nutrition), menée à large échelle dans huit pays d'Europe. Les scientifiques ont suivi 360'000 personnes depuis 1994.

Conclusion: la consommation d'alcool, même modeste, augmente le risque de cancer. On savait que boire n'était pas bon pour la santé mais cette nouvelle étude noircit encore le tableau. Les résultats sont impressionnants: chez les hommes, 10% de tous les cancers seraient dus à la consommation d'alcool. Du coup, les experts en matière de prévention estiment qu'il ne faut plus promouvoir le p'tit verre de rouge. S'il est bon pour le cœur, il augmente aussi le risque de cancer. « Même consommé à doses modérées, l'alcool nuit à la santé », affirment les auteurs de l'étude. « La consommation d'alcool ne doit pas être recommandée pour combattre les maladies cardio-vasculaires ni pour promouvoir l'espérance de vie », estiment-ils.

Manuela Bergmann, de l'Institut allemand de recherche sur la nutrition à Potsdam, participe à Epic. Sa conclusion ne manque pas de piment. pour elle, aborder le thème de l'alcool c'est cheminer sur un fil de rasoir. « D'un côté, il y a les questions de santé. De l'autre, la joie de vivre de chacun ». Pour Bergmann, il est exclu de vouloir introduire l'abstinence en Europe : « Nous sommes déjà très contents si les gens se tiennent aux recommandations actuelles », commente Manuela Bergmann avec beaucoup de lucidité.

Pour le Prof. Fabio Levi, médecin chef de l'unité d'épidémiologie du cancer au CHUV, le message de la modération est à retenir. «La quantité maximale recommandée est connue depuis longtemps: un verre de vin par jour pour les femmes et deux verres pour les hommes.» Il faut comprendre 12 grammes d'alcool (par exemple 1,25 dl de vin) maximum par jour pour les femmes. «Au-delà de cette consommation, on voit la courbe du risque du cancer du sein décoller», ajoute le spécialiste. Quels autres cancers sont liés à l'abus d'alcool? «Tous ceux de la zone ORL – la bouche, le larynx, l'œsophage –, celui du foie, du colon et du rectum».

Ton opinion