Actualisé 14.12.2009 à 20:20

ParisGarou: «Avec Lorie, on vit bien l'amour sans la bague»

A l'occasion de la sortie de son nouvel album, Garou évoque sa romance avec sa blonde. Pour autant, aucun mariage n'est en vue.

de
Anne-Catherine Renaud

Le Garou nouveau est arrivé! Depuis le 4 décembre, le chanteur de 37 ans propose «Gentleman cambrioleur», un album de reprises. L'occasion, pour lui, de répondre aux questions de «20 minutes».

– 20minutes online. Garou, depuis deux ans vous formez un beau couple avec Lorie. A quand le mariage?

– Garou. Ce n'est pas d'actualité. Nous vivons bien l'amour sans la bague! Pour moi, le mariage n'est pas nécessaire. Et puis les journaux nous ont déjà mariés, divorcés, alors que nous n'y étions pour rien… Lorie et moi, nous en sommes au stade de la rigolade quand on entend ces rumeurs.

– Mais ça ne doit pas être facile de vivre une relation à distance, elle à Paris, vous au Québec?

– Oui, c'est dur. J'ai la chance qu'elle adore venir au Québec. Mais on a des horaires si différents et nos carrières nous mobilisent beaucoup. Vivre l'amour à distance doit aussi engendrer plus de confiance. Pour ma fille Emelie, âgée de 8 ans, ce n'est pas simple non plus. Quand elle me voit rentrer, elle crie «Papa, enfin !» et ça me fait fondre le cœur. Je suis fier d'avoir cette complicité très forte avec ceux que j'aime.

– Avez-vous envie d'avoir d'autres enfants?

– Moi, j'en aimerais plein! Mais ce n'est pas encore pour tout de suite. Je suis très famille, et Lorie aussi. Nous partageons ses mêmes valeurs.

– En septembre dernier, vous emmeniez Lorie en Italie au mariage de votre ex, Ulrika, la maman de votre fille. Vivez-vous bien la famille recomposée?

– Oui, Garou vient de loup, sous-entendu la meute. Vous savez, j'ai eu très peur quand Lorie a rencontré Emelie. Je savais bien qu'elle ne remplacerait pas sa maman. Mais tout s'est merveilleusement passé et elles sont devenues deux grandes copines.

– Sur votre nouvel album, vous chantez plus doucement. Aviez-vous envie de casser cette image de chanteur à voix et viril?

– Non, mais j'avais envie de jouer sur la texture de la voix pour ces reprises. Je me suis fait un film: je souhaitais aller vers le «crooning» du crooner, c'est-à-dire celui qui murmure. J'ai joué volontairement sur la sensualité.

– Vous allez peut-être surprendre vos fans?

– Je suis conscient que certaines personnes vont se bloquer. J'ai pris un risque. Mais je ne ralentis pas, je prends simplement un virage musical pour évoluer.

– Pourquoi avoir cédé à la tentation d'un CD de reprises?

– Ma maison de disques m'avait demandé de choisir 15 reprises possibles. Moi, je suis arrivé avec une liste de 101 chansons! Je ne voulais pas que des anciennes. Je souhaitais des succès disparates: j'ai refusé de faire un album trop calculé. Et je suis content, ma fille l'adore!

– A propos, vous reprenez le tube «À ma fille» d'Aznavour. Avez-vous pensé à elle en chantant et craignez-vous aussi le jour où elle quittera la maison, comme dans la chanson?

– Bien sûr, j'y pense déjà… Un jour que nous écoutions l'album en voiture, nous sommes arrivés sur «À ma fille» et Emelie m'a dit: «Papa, cette chanson va me faire pleurer». J'étais bouleversé qu'à 8 ans, elle ait si bien compris le sens des paroles.

– Samedi dernier, dans «On n'est pas couchés» sur France 2, le duo Zemmour et Naulleau vous a taclé sur cet album. Cela vous a-t-il blessé?

– C'est le retour des arènes! Je les ai écoutés patiemment pendant l'émission et j'ai découvert cette méchanceté gratuite qui m'a choqué. Me concernant, j'aurais préféré qu'ils me critiquent avec des arguments et une certaine intelligence. Ce n'était pas le cas.

Le sketch de Jonathan Lambert dédié à Garou dans "On n'est pas couché":

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!