Côte d'Ivoire: «Gbagbo doit démissionner immédiatement»
Actualisé

Côte d'Ivoire«Gbagbo doit démissionner immédiatement»

Le président américain Barack Obama a déclaré mardi soutenir «fermement» les actions entreprises par l'ONU et la France contre le régime du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo.

«Je soutiens fermement le rôle que joue la force de maintien de la paix de l'ONU, en faisant respecter son mandat de protéger les civils, et je salue les actions des forces françaises qui soutiennent cette mission», a affirmé M. Obama dans un communiqué, en disant «rester profondément inquiet de la situation sur le plan de la sécurité en Côte d'Ivoire».

«C'est tragique, car la violence à laquelle nous assistons aurait pu être évitée si Laurent Gbagbo avait respecté les résultats de l'élection présidentielle de l'année dernière», a aussi remarqué le président américain, qui avait reconnu Alassane Ouattara comme vainqueur légitime de cette consultation, à l'unisson de l'ONU et d'une grande partie de la communauté internationale.

«Pour mettre fin à cette violence et empêcher que le sang coule encore, l'ancien président Gbagbo doit démissionner immédiatement, et donner l'ordre à ceux qui combattent dans son camp de déposer les armes», a réclamé M. Obama.

«A deux doigts» de quitter le pouvoir

De son côté le Premier ministre français François Fillon a déclaré mardi que «deux généraux proches de l'ancien président» ivoirien Laurent Gbagbo étaient actuellement «en train de négocier les conditions d'une reddition». Le porte-parole du président sortant a également indiqué que ce dernier négociait les termes de son départ.

Le porte-parole Ahoua Don Mello a indiqué que les discussions, sur la base d'une proposition de l'Union africaine reconnaissant l'élection d'Alassane Ouattara à la présidence de la Côte d'Ivoire, portaient sur des garanties juridiques et liées à la sécurité de Gbagbo et de ses proches. M. Don Mello a précisé que les discussions se faisaient par l'intermédiaire de la France.

«Deux généraux proches de l'ancien président Gbagbo sont en train de négocier les conditions d'une reddition», a déclaré de son côté M. Fillon devant l'Assemblée nationale.

La France est à «deux doigts» de convaincre Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir en Côte d'Ivoire, a quant à lui affirmé le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé, tandis que le ministre de la Défense Gérard Longuet, a estimé que tout peut se dénouer «dans les quelques heures qui viennent» en Côte d'Ivoire.

(ats)

Ton opinion