Côte d'Ivoire: Gbagbo négocie son départ
Actualisé

Côte d'IvoireGbagbo négocie son départ

Le régime Gbagbo vit ses dernières heures. Les forces d'Alassane Ouattara se seraient emparées mardi de la résidence de Laurent Gbagbo à Abidjan.

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a déclaré mardi être «au courant» de négociations en vue du départ du président sortant de Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo.

«S'il y a encore aujourd'hui la possibilité de le voir quitter le pouvoir, nous y sommes prêts», a-t-il précisé.

Selon un diplomate qui a requis l'anonymat, le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo est réfugié dans un bunker. Ces informations n'ont pas été confirmées dans l'immédiat.

Un porte-parole de Laurent Gbabgo, Don Ahou Mello, avait auparavant annoncé que le président sortant se trouvait «toujours à Abidjan». Il a refusé de commenter les déclarations de l'ambassadeur de Côte d'Ivoire en France, Ali Coulibaly, selon lequel Laurent Gbagbo a entamé des négociations en vue de sa reddition.

Les forces soutenant Alassane Ouattara ont lancé l'offensive qu'ils espèrent finale sur Abidjan lundi soir, avec l'aide des soldats de l'ONUCI et des militaires français de l'opération Licorne pour détruire les armes lourdes des pro-Gbagbo.

La résidence de Laurent Gbagbo, selon son porte-parole Don Ahou Mello, a été touchée à au moins 50 reprises par un hélicoptère de l'ONU. Gbagbo, selon un conseiller du président-élu Alassane Ouattara, a aménagé un bunker dans sa résidence.

Gbagbo négocierait son départ

Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déclaré mardi être «au courant» de négociations en vue du départ du président sortant de Côte d'Ivoire Laurent Gbagbo. Interrogé sur les informations selon lesquelles Laurent Gbagbo négocierait sa reddition, Alain Juppé a déclaré : «Je suis au courant».

«Nous souhaitons que les combats cessent le plus vite possible», a ajouté le chef de la diplomatie française lors d'un point de presse avec son homologue roumain, Teodor Baconschi. «Nous souhaitons que Gbagbo ne s'entête pas», a-t-il ajouté.

Le chef de l'armée demande un cessez-le-feu

Le chef d'état-major de l'armée loyale au président Gbagbo, le général Philippe Mangou, a déclaré que ses troupes avaient «arrêté les combats» mardi contre les forces d'Alassane Ouattara et «demandé un cessez-le-feu» à l'Onuci.

Ce cessez-le-feu doit permettre de «protéger les populations, les militaires, la Garde républicaine commise à la sécurité du président de la République, le président de la République lui-même et sa famille, et les membres du gouvernement» de son Premier ministre Gilbert Aké N'gbo, a-t-il poursuivi.

«Nous demandons à l'Onuci de faire en sorte qu'il n'y ait pas de pillages et de chasse aux sorcières», a-t-il conclu.

(ats/ap)

Ton opinion