Hockey - Winter Classic: GE-Servette se frotte déjà les mains
Actualisé

Hockey - Winter ClassicGE-Servette se frotte déjà les mains

Les organisateurs du match entre Genève et Lausanne ont vendu près de 25'000 billets. La manifestation sera rentable malgré la réticence de certains supporters vaudois.

par
Laurent Morel

Du côté des Vernets, on se congratule déjà. Si le «Winter Classic», qui mettra aux prises samedi à 19h45 les deux formations lémaniques ne convainc pas tout le monde (lire encadré), l'opération permettra au club grenat de remplir ses caisses. «Il ne nous reste plus que 5000 billets à vendre», assure Pascal Aeberhard, porte-parole du club. Nous avions besoin de 20'000 spectateurs pour rentrer dans nos frais.»

Le budget de 1,5 million sera donc largement honoré, grâce notamment aux partenaires, qui ont achetés tous les emplacements disponibles dans le stade. Le club refuse toutefois d'entrer dans le détail des coûts. Il concède juste que le socle de protection vient de France, que la glace est autrichienne et que la bande est suédoise. Quant à la location du stade, elle a été facilitée par le fait que la gestion en est assurée par le Servette FC, présidé par Hugh Quennec, tout comme le GSHC.

Un public romand moins pressé

En 2007, lors du premier événement du genre en Suisse entre Langnau et Berne, les billets s'étaient écoulés en trois jours. «La situation est différente, précise le porte-parole. Berne compte 13'000 abonnés contre seulement 5000 de notre côté. Par ailleurs, le public romand réagit différemment. Mais on espère toujours remplir les 30'000 sièges du stade.» Même en jouant à guichets fermés, le record de Suisse restera toutefois au Stade de Suisse, qui avait accueilli 30'076 curieux.

Du côté du GSHC, on ne souhaite pas dévoiler le nombre d'agents de sécurité présents. Mais ils seront évidemment plus nombreux que les 80 à 120 qui officient lors de chaque match aux Vernets. «Un secteur tampon est prévu, ajoute Pascal Aeberhard. Par ailleurs, le stade a déjà des barrières.» La zone tampon sera toutefois supprimée si le stade est plein. «Il n'y a pas de raison que ça dégénère», rassure Maïque Perez, porte-parole du LHC.

Une assurance en cas d'annulation

Si la météo venait jouer des tours aux promoteurs de l'événement, une date de réserve est prévue le lendemain à 15h45. «Le match est assuré dans son ensemble en cas d'annulation», rassure par ailleurs Pascal Aeberhard, qui s'attend à une météo clémente ce week-end.

Quant à l'enjeu du match, qui sera déterminant dans la course aux play-offs, il ne peut qu'augmenter son attrait. Sans oublier un lightshow, un concert, et des feux d'artifice afin d'attirer un large public. La glace sera elle partiellement ouverte au public jusqu'à mercredi.

Les Lausannois déclinent l'invitation

Seuls 3200 billets du secteur visiteurs (sur 6000) ont été écoulés jusqu’à maintenant, dont près de 1000 directement à Malley. Dans les deux clubs, on peine à trouver des raisons à ce désintérêt vaudois. Les prix (entre 40 et 115 francs le billet, sans compter ceux à faible visibilité à 10 francs) en ont refroidi plus d’un. «La différence est faible», se défend Pascal Aeberhard.

«Avec les spectateurs qui ont acheté d’autres tickets, les supporters lausannois seront plus de 5000, précise Maïque Perez. A l’extérieur, ce score reste satisfaisant.» Le groupe de supporters de la Section ouest boycotte pour sa part la manifestation et ira soutenir dans le même temps l’équipe de 3e ligue pour «donner un signal fort contre le sport business.» Du côté du LHC, «on respecte ce choix».

Un train spécial partira de Lausanne à 17h18 et s’arrêtera dans différentes gare avant d’amener les fans du LHC à La Praille. Les billets vaudois restants sont eux remis en vente pour les supporters de tous bords.

TWEETEZ

Du hockey dans un stade de foot, une bonne idée?

#debat20min.

#debat20min permet de recenser toutes les conversations qui ont lieu sur Twitter sur ce sujet en particulier.

#debat20min.

Ton opinion