Actualisé 13.04.2006 à 11:06

General Motors exclut de déposer son bilan

General Motors (GM) n'a jamais eu l'intention de déposer son bilan. «La faillite, c'est totalement hors de question. Nous ne l'avons jamais envisagée», a dit le vice-président du constructeur américain pour les nouveaux produits, Bob Lutz.

Bob Lutz s'exprimait hier au Salon automobile de New York. Le numéro un mondial de l'automobile a perdu 10,6 milliards de dollars (13,8 milliards de francs) l'an dernier, en raison de la flambée de ses coûts et de la forte concurrence livrée par les constructeurs étrangers.

Les analystes ont souvent dit qu'une grève chez le principal fournisseur de pièces de GM, son ancienne filiale Delphi aujourd'hui sous la protection de la loi sur les faillites (chapter 11), contraindrait la multinationale de Detroit à la cessation de paiements.

Delphi a demandé à la justice d'annuler ses contrats de travail, une mesure susceptible d'engendrer une grève chez l'équipementier. Mais M. Lutz, un ancien de chez Chrysler et Ford qui est entré chez GM en 2001, estime qu'il n'y aura pas d'arrêt de travail chez Delphi.

Forte hausse à Wall Street

GM, qui s'est scindé de Delphi en 1999, est le principal client de son ancienne filiale. Suite à ces nouvelles, l'action GM a fini en hausse de 4,2 % mercredi, à 20,03 dollars à la Bourse de New York.

Dans le cadre de sa restructuration, le groupe prévoit de supprimer 30 000 emplois et de fermer douze usines d'ici à 2008. Le plan se déroule conformément aux objectifs, a déclaré M. Lutz qui a estimé que le directeur général de GM, Rick Wagoner, était l'homme de la situation. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!