Transports: Genève Aéroport a des vues sur les sites de Lyon
Actualisé

TransportsGenève Aéroport a des vues sur les sites de Lyon

Cointrin pourrait entrer au capital de Bron et Saint-Exupéry, dans le cadre d'une privatisation lancée par l'Etat français.

photo: Keystone/Image d'archives

Genève Aéroport a déposé récemment sa candidature pour entrer dans le capital des Aéroports de Lyon (Saint-Exupéry et Bron). «Nous ne sommes pas les seuls», a fait savoir mercredi le directeur général de l'aéroport Robert Deillon.

La régie publique autonome s'est associée pour cette opération à CUBE, une plate-forme d'investissement liée au groupe bancaire BPCE (Banque populaire - Caisse d'Epargne). Elle attend maintenant la réponse de l'Etat français, qui a décidé de privatiser une partie des aéroports de Nice et de Lyon, a rappelé Robert Deillon.

«Nous nous intéressons uniquement aux Aéroports de Lyon et non à celui de Nice», a-t-il ajouté. Cointrin collabore déjà assez étroitement avec Saint-Exupéry, notamment en matière de procédures de gestion ou quand il s'agit de faire atterrir des avions déroutés pour cause de météo ou d'autres raisons.

Nouveau patron à Cointrin

Mais Robert Deillon ne sera probablement pas le signataire d'une éventuelle entrée de Genève Aéroport dans le capital des Aéroports de Lyon. Le directeur général, en poste depuis 2006, va en effet prendre sa retraite prochainement. Il sera remplacé à partir de cet automne par André Schneider, 56 ans, actuel vice-président de l'EPFL.

Ancien directeur général du WEF (World Economic Forum), André Schneider, qui a également travaillé au CERN, est un homme qui n'est pas issu du milieu aéronautique. Ce profil plaît à la présidente de Genève Aéroport, Corine Moinat, qui loue le regard neuf que va apporter André Schneider pour relever les défis de demain.

Record de passagers en 2015

Parmi les projets figure le développement de l'aéroport. La croissance est constante depuis des années et le nombre de passagers a atteint le chiffre record de 15,8 millions en 2015. Une tendance qui ne faiblit pas puisqu'au 1er trimestre de cette année, la fréquentation a encore augmenté de 7,2% par rapport à celle enregistrée pendant la même période, l'an passé.

Le chiffre d'affaires n'est pas en reste. Il s'est établi à 423,7 millions de francs en 2015. Genève Aéroport a ainsi pu dégager un bénéfice de près de 75 millions de francs, dont la moitié sera reversée à l'Etat de Genève. Des investissements de 112 millions de francs ont aussi été consentis, sans alourdir la dette.

L'aéroport propose plus de 140 destinations. La compagnie à bas coûts easyJet reste de loin le principal transporteur actif sur la plate-forme, avec une part de marché de 43,2%. Il est suivi par Swiss (15%) et British Airways (4,7%), qui ne cesse de gagner en importance. Londres est d'ailleurs la destination la plus prisée.

Chantier déjà en cours

Le grand projet d'extension de l'aile Est a débuté. Le chantier doit durer jusqu'en 2020. Cette infrastructure permettra à l'aéroport de Genève d'accueillir plus d'avions gros-porteurs. Des modifications vont aussi être apportées dans le hall d'enregistrement des passagers et le hall bagages sera transformé.

Robert Deillon a cependant assuré que le développement de l'aéroport ne se fera pas grâce à une extension des horaires d'ouverture de la piste. «Nous n'utiliserons pas la tranche 5h-6h, qui n'est pas intéressante pour nous», a-t-il affirmé. Actuellement, la loi oblige les aéroports en Suisse à fermer entre minuit et 5h. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion