Basketball : Genève au bout de son rêve
Actualisé

Basketball Genève au bout de son rêve

Les Lions de Genève ont remporté le premier titre national de leur histoire. Face à Lugano, ils se sont adjugés 74-64 l'acte V de la finale de LNA, vendredi soir au Pommier.

par
Marc Fragnière
Grand-Saconnex

Dans une salle comble, le public local est passé par tous les états d'âme pour finalement exploser au terme d'un finish extraordinaire. La démonstration de force des Lions dans le dernier quart a ponctué une rencontre qui aura donné à l'assistance des émotions comme seul le basketball peut en procurer.

Le caractère du tigre

Menés de 15 points (42-27) à la 19e, les Tigers luganais n'ont pas abdiqué. Ils se sont au contraire rebiffés. Une fois leur thé consommé, les Tessinois sont revenus animés d'intentions que l'on ne leur aurait pas prêtées lors de la première période. Doublé des invectives du coach Dessarzin, le panier primé enfilé par Bavcevic au buzzer a sans doute regonflé à bloc le moral des visiteurs. Compilé à la nervosité des Lions, le regain de moral et d'adresse des Tigers aurait pu être fatal à des Genevois d'un coup, d'un seul, éteints. «Pendant une seconde, je me suis dit: ce n'est pas possible, on va quand même pas perdre ce match!», a livré le capitaine genevois, Buscalia, qui disputait là le dernier match de sa carrière. «On venait d'encaisser un 13-0. J'ai disputé les trois dernières finales et je les ai perdues. Il était dès lors interdit de douter!. C'est la plus belle victoire de ma carrière. Elle a été acquise devant un super public et dans la difficulté», a enchaîné l'ex-international suisse.

Sous l'impulsion du duo Gordon – Schneidermann, il est vrai que Lugano a donné des sueurs froides à l'assistance lors d'un troisième quart remporté 17-5. Incapables de scorer durant les 362 secondes initiales (!), les Genevois ont semblé apathiques. A la 31e, un panier primé de Stockalper donnait même cinq points d'avance aux visiteurs (49-54), mais le Lion refusait de mourir ce soir. Au contraire, blessée dans son orgueil, la bête a sorti les crocs.

Le clairon de la révolte

Fatigués et privés de Gordon auteur de sa 5e faute, les Tigers sont rentrés dans le rang avant de succomber sous les missiles genevois. Désigné MVP du match, Jaunin est sorti tel un diable de sa boîte. Le meneur de poche (1m70) a d'abord servi un caviar à Stimac, dont le tir longue distance a fait mouche. Il a ensuite enfilé à son tour un «trois points». Au son d'un clairon posté dans le public, les Lions ont mené la charge sous l'impulsion de leurs joueurs extérieurs, libérés du poison Mladjan (blessé et forfait pour cet Acte décisif). «Son absence a servi nous intérêts» a admis un Maruotto lucide avant de rappeler: «On a travaillé dur pour en arriver-là. Il était exclu que l'on déçoive notre public ce soir» «La logique a été respectée », a finalement analysé Dessarzin. «Dans l'effectif genevois, tous les postes sont doublés. Nous avons parcouru 5000 km rien qu'en play-off et l'absence de Mladjan a été dure à compenser. C'est l'addition de plein de facteurs qui a permis à Genève de devenir champion. Un titre mérité. Je n'ai rien à reprocher à mes hommes qui se sont admirablement comportés», a conclu le coach de Lugano.

Lions de Genève – Lugano Tigers 74-64 (21-17 24-17 5-17 23-13)

Lions de Genève – Lugano Tigers 74-64 (21-17 24-17 5-17 23-13)

Pommier: 2750 spectateurs.

Arbitres: MM. Bertrand, Pizio et Clivaz.

Lions de Genève: Brown (10 pts), Maruotto (3), Stimac (19), Vogt (4), James (17), Buscaglia, Jaunin (8), Touré, Steinmann.

Lugano Tigers: Stockalper (18 pts), Gordon (10), Lo Leggio, Schneidermann (11), Milisavljevic (12), Barber (10), Magnani, Molteni.

Notes: Lugano sans Mladjan ni Fergerson (blessés).

Évolution du score: 5e : 12-8, 10e : 21-17 ; 15e : 33-23, 20e : 44-34 ; 25e:44-45, 30e : 49-51; 35e: 67-56.

Ton opinion