Chemins de fer: Genève - Coppet: un train toutes les 15 minutes
Actualisé

Chemins de ferGenève - Coppet: un train toutes les 15 minutes

Dès 2016, un train ralliera Genève à Coppet tous les quarts, au lieu de la demi-heure actuelle. Il s'agit de la première étape du projet Léman 2030.

Dès 2016, l'offre ferroviaire entre Genève-Cornavin et Coppet (VD) sera doublée. Les trains circuleront alors sur une cadence au quart d'heure, au lieu d'une demi-heure aujourd'hui, ont annoncé mardi les cantons de Vaud et de Genève ainsi que les CFF.

Des travaux nécessaires

Des travaux sur la ligne seront nécessaires pour augmenter les fréquences. Des points de croisement ferroviaires doivent être réalisés à Mies (VD) et à Chambésy (GE). Les quais des haltes existantes seront aussi allongés. Le financement de 100 millions de francs sera partagé entre les cantons et la Confédération.

La construction des points de croisement à Mies et à Chambésy est mise à l'enquête publique dès mercredi et jusqu'au 5 juillet. La réalisation de ces infrastructures est prévue pour la période 2013- 2015, avec une mise en service à l'horizon 2016, ont fait savoir les CFF et les cantons de Vaud et Genève.

Projet Léman 2030

L'augmentation de la cadence entre Genève et Coppet constitue la première étape infrastructurelle du projet Léman 2030. Celui-ci prévoit un doublement des places assises sur les trains grandes lignes et une cadence au quart d'heure sur les RER au coeur des deux agglomérations lausannoise et genevoise.

L'arc lémanique est confronté à un boom démographique. Le projet Léman 2030 permettra de rattraper le retard en matière de transports ferroviaires dans la région. La réalisation de ce projet dépend toutefois du programme FAIF (financement et aménagement de l'infrastructure ferroviaire), examiné par les Chambres fédérales.

Une augmentation de cadence coûteuse

La conseillère d'Etat genevoise Michèle Künzler a estimé à ce propos que l'augmentation de la capacité du noeud ferrovaire de Genève ne pourra se faire qu'avec la variante à 5,9 milliards de francs. Celle-ci n'a toutefois pas été retenue, même si elle figure dans le message du Conseil fédéral.

L'enjeu est pourtant de taille. La gare de Cornavin atteindra son niveau de saturation en 2017 avec la mise en service du CEVA, colonne vertébrale d'un RER reliant Annemasse (F) à Coppet, a rappelé Mme Künzler. (ats)

Ton opinion