Personnes handicapées: Genève demande à l'OFAS d'arrêter sa campagne d'affichage
Actualisé

Personnes handicapéesGenève demande à l'OFAS d'arrêter sa campagne d'affichage

Après avoir dénoncé une campagne d'affichage indigne envers les personnes handicapées, le canton de Genève demande son arrêt pur et simple.

Il a écrit au nouveau conseiller fédéral Didier Burkhalter afin qu'il intervienne dans ce sens auprès de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS).

Le Conseil d'Etat genevois a appris que cette campagne nationale non signée émane de l'OFAS, a-t-il indiqué mercredi. Depuis lundi, des affiches grand format présentent noir sur blanc des phrases telles que «Les handicapés sont incapables de travailler», «Vous ne verrez jamais les handicapés au travail» ou encore «Arrêtons de payer pour les handicapés».

Conformément au principe du «teasing», ce premier message court et accrocheur sera bientôt suivi d'un second, explicatif. Se refusant à tout commentaire, l'OFAS informera jeudi, lors d'une conférence de presse à Berne, sur la suite de cette campagne et ses buts, a expliqué à l'ATS son porte-parole Rolf Camenzind.

«Minimiser l'impact»

Après Pro Infirmis, le Département genevois de la solidarité et de l'emploi (DSE) a réagi mardi en dénonçant une campagne qui viole la dignité des personnes handicapées. Mercredi, le gouvernement genevois a envoyé une missive à Didier Burkhalter, ministre de tutelle de l'OFAS, demandant le retrait rapide de ces affiches, «afin d'en minimiser l'impact sur l'image des personnes en situation de handicap».

«Cette campagne va à l'envers du bon sens», a réagi le conseiller d'Etat François Longchamp, à la tête du DSE. Non seulement les personnes handicapées travaillent, mais les autorités, les entreprises et les organismes privés ont entrepris de gros efforts en leur faveur, en particulier depuis l'entrée en vigueur de la 5e révision de l'assurance invalidité.

De son côté, Procap, la plus grande organisation d'entraide de personnes handicapées en Suisse, a demandé mercredi aux auteurs de la campagne de s'excuser. Tout comme le DSE, elle veut être consultée lors de telles campagnes.

Image désastreuse

L'Office du tourisme tessinois s'inquiète de l'image transmise aux touristes de passage qui n'auront jamais accès au deuxième message explicatif. Cette campagne de «très mauvais goût» est inadmissible et doit être abandonnée de suite, demande-t-il dans un communiqué mercredi soir. (ats)

Ton opinion