Play-off de LNA: Genève doit gommer les erreurs
Actualisé

Play-off de LNAGenève doit gommer les erreurs

Les Genevois peuvent reprendre l'avantage de la glace, s'ils s'imposent mardi soir à Zurich, lors de l'Acte III des demi-finales des play-off de LNA.

par
Robin Carrel
Goran Bezina et le GSHC ont été battus 3-5 à la maison, samedi dernier.

Goran Bezina et le GSHC ont été battus 3-5 à la maison, samedi dernier.

Le «vrai» GSHC est-il celui qui s'est largement imposé à Zurich jeudi dernier (0-5) ou celui qui s'est incliné aux Vernets (3-5) deux jours plus tard? La question a le don d'énerver Goran Bezina. «Les matches sont tous différents, les équipes s'ajustent. Il n'y a pas une formation un jour et une autre ensuite, lâche le capitaine genevois. Ce n'est pas une science exacte, le sport, ça fluctue. Il y a des jours où tu es plus en forme que d'autres, mais ça reste la même équipe.»

La différence entre les deux premières rencontres de cette demi-finale est faite d'une kyrielle de petits détails. Au Hallenstadion, les hommes de Chris McSorley les avaient tous réalisés parfaitement. Mais sur leur glace, ils ont quelque peu relâché leur étreinte. Les «Aigles» peuvent désormais être certains d'une chose: s'ils veulent éliminer la meilleure équipe de la saison régulière, ils vont devoir gommer les petites fautes qui ne pardonnent pas, surtout face à Wick, Cunti et compagnie.

«Lors de l'Acte II, c'est nous qui avons commis trop d'erreurs, avoue l'international suisse. Nous n'avons pas mis assez le puck en fond de patinoire et ils n'étaient pas assez sous pression. En regardant les buts qu'on a pris, ils arrivent sur des rebonds, pas sur des dribbles à un contre un ou comme ça. Les Zurichois ne sont pas en-dessus de tout le monde, c'est juste qu'ils nous ont bien muselés en défense et qu'ils ne nous ont pas donné grand-chose. C'est clair que si tu leur laisses un peu d'espaces, ils vont la mettre au fond.»

Avec sa jeune défense, face aux stars qui peuplent l'effectif de Marc Crawford, Genève-Servette doit redoubler d'efforts mentalement et physiquement pour tenir le rythme. Bezina avoue d'ailleurs que, «à la fin du match, samedi, il nous manquait un peu de jus, un peu de fraîcheur.» On peut compter sur Chris McSorley pour remonter sa troupe et la maintenir sous pression. Mais son équipe parviendra-t-elle à le faire pendant soixante minutes?

Ton opinion