Actualisé 21.09.2018 à 15:11

CEVA

Genève et la France enfin liés par le rail!

La nouvelle liaison ferroviaire franco-suisse a franchi une nouvelle étape vendredi avec la jonction des lignes des deux pays.

de
nxp/mpo

Jesus Garcia, soudeur, et Robert Cramer, ancien conseiller d'Etat genevois, font part de leur émotion après la cérémonie de jonction des rails entre la France et la Suisse.

Amorcé au printemps 2011, le chantier de liaison ferroviaire entre Genève et Annemasse (dans l'est de la France) a franchi une étape vendredi avec la jonction symbolique des rails des réseaux suisses et français, près de deux ans après celle des tunnels creusés des deux côtés de la frontière.

Baptisée CEVA (Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse), du nom des gares qu'elle reliera, cette double voie ferrée de 16 kilomètres - dont 14 en Suisse - a été créée pour faciliter les déplacements quotidiens des frontaliers entre le canton de Genève et la France. Ceux-ci s'effectuent actuellement à plus de 80% par le réseau routier, aujourd'hui saturé.

Dès décembre 2019, date de sa mise en service, le réseau accueillera le Léman Express, une nouvelle offre ferroviaire de six lignes qui permettra de connecter entre elles 45 gares situées dans un rayon de 60 kilomètres autour de Genève.

Côté suisse, la naissance de cette nouvelle ligne a nécessité la création de cinq nouvelles stations dans le canton de Genève, où huit communes sont concernées par son tracé.

La liaison de 2 kilomètres située côté français depuis Annemasse a été presque entièrement enterrée pour «garder intacte la qualité des paysages traversés et limiter les nuisances auprès des riverains», précise-t-on du côté des partenaires du projet, parmi lesquels figure la SNCF, l'opérateur du rail français.

De nombreux aménagements, notamment d'accessibilité, ont aussi été réalisés en Haute-Savoie sur les voies existantes et dans les gares desservant Annemasse.

Quant à la Région Auvergne-Rhône-Alpes, autre partenaire français, elle a commandé 17 rames Régiolis d'Alstom pour le futur réseau, déboursant 220 millions d'euros. Au total, la réalisation de la ligne a coûté 335,2 millions d'euros à la France et 1,567 milliard de francs suisses de l'autre côté de la frontière. (nxp/mpo/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!