20.05.2016 à 20:06

ATP 250

Genève et «Stan» se cherchent un public

Stanislas Wawrinka disputera samedi la finale du tournoi genevois. Elle risque de se disputer dans une enceinte qui n'aura pas fait le plein.

de
Robin Carrel, Genève
Le Vaudois est un peu déçu du manque de public au bout du Lac.

Le Vaudois est un peu déçu du manque de public au bout du Lac.

Keystone/Martial Trezzini

C'est récurrent depuis le début de la semaine au bout du Lac: les travées du Geneva Open, estampillé ATP 250, peinent à se remplir. Pourtant, l'affiche est alléchante, avec 10 des 40 meilleurs joueurs mondiaux, et ce malgré le fait que Roland-Garros ait lieu dans la foulée du côté de Paris. La présence de Stanislas Wawrinka, tenant du titre dans la capitale française, devrait aussi appâter le chaland romand, d'habitude si fervent quand il s'agit de suivre l'équipe de Suisse de Coupe Davis à Palexpo, Neuchâtel, ou autour de la planète.

Prix abordables

Alors, que se passe-t-il du côté de la Cité de Calvin, pour que les tribunes restent désespérément à moitié pleine? Du côté des organisateurs, et plus particulièrement de Gerard Tsobanian, directeur de l'organisation, on voit plutôt le verre à moitié vide. Appelé à faire un premier bilan de la semaine, avant même la qualification de Wawrinka pour la finale, il n'a pas mâché ses mots: «J'attendais plus de présence de la part du public, avec une telle affiche. Je suis déçu. Je ne sais pas quoi faire pour qu'ils viennent. Ce n'est pas trop élitiste pourtant. Il n'y a pas d'excuse», a-t-il asséné.

Pour «tourner» une compétition d'un tel acabit doit bien entendu faire la part belle aux VIP. Dans ce domaine-là, pas de soucis, les fortunes et entreprises genevoises répondent présentes. C'est en revanche du côté des spectateurs plus «populaires» que le bât blesse. Malgré des billets tout à fait abordables (premiers prix dès 10 francs en qualifications, 40 francs pour les 8es de finale et 60 francs pour la finale), les supporters des tennismen helvétiques ou les simples fans de petites balles jaunes ne se pressent pas au portillon.

«Un petit peu décevant»

Stanislas Wawrinka mérite pourtant du soutien, samedi, sur le coup de 15 heures. Le Vaudois n'a plus joué de finale sur sol suisse depuis plus de dix ans et encore jamais remporté un titre au pays. Constater le peu d'intérêt de ses rencontres depuis le début de la semaine chagrine le No 4 à l'ATP. Il a d'ailleurs amené lui-même le sujet sur le tapis en conférence d'après-match: «Je suis un peu étonné, il n'y a pas beaucoup de monde à Genève... Vendredi, c'était un peu mieux, mais je ne sais pas... Mettez un petit mot...»

L'homme aux deux victoires en Grand Chelem assure en avoir parlé aux organisateurs. Et il a une bonne idée pour remplir les travées plus tôt dans la semaine. «Ce qui est un petit peu décevant, c'est qu'il y a peu d'écoles de tennis, de profs de la région, qui se disent: 'OK, aujourd'hui on ne fait pas entraînement, mais on va voir des joueurs. Que ce soit en qualifications le week-end dernier, que ce soit pendant la semaine...' Pour des jeunes, c'est énorme! En plus, le tournoi est prêt à faire beaucoup de choses au niveau des prix. Ce n'est peut-être pas dans la culture, alors que c'est une chance d'avoir un tel tournoi en Suisse romande.» Son appel sera-t-il entendu?

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!