Hockey sur glace: Genève frôle la correctionnelle, Fribourg humilié

Publié

Hockey sur glaceGenève frôle la correctionnelle, Fribourg humilié

Les Aigles, qui menaient 3-0 après deux tiers, ont dû avoir recours aux penalties pour s’imposer mardi soir à Ambri (3-4). En parallèle, les Dragons ont encaissé cinq buts dans les douze premières minutes à Langnau (5-0).

par
Cyrill Pasche
(Langnau)
Simon Meier
Les Aigles ont eu chaud, mais ils repartent d’Ambri avec la victoire en poche.

Les Aigles ont eu chaud, mais ils repartent d’Ambri avec la victoire en poche.

Freshfocus

GE Servette n’est décidément pas une équipe comme les autres. Les Aigles, capables de gagner des matches qui semblent perdus, sont également susceptibles de réussir le contraire. C’est ce qui a failli se produire, mardi soir du côté d’Ambri. Les joueurs de Jan Cadieux, qui menaient 3-0, ont été rejoints avant de s’en sortir aux penalties, grâce à leur défenseur suédois Henrik Tömmernes. 

Bien que privés de leurs deux meilleurs pointeurs, Valtteri Filppula (blessé) et Daniel Winnik (malade), les Genevois ont livré une prestation sérieuse et efficace durant deux tiers. Il faut dire que lorsque le troisième homme s’appelle Linus Omark et qu’il est en grande forme, il n’y a a priori pas beaucoup de souci à se faire. Le Suédois, après avoir offert l’ouverture du score à Vincent Praplan en power-play (4e), a lui-même inscrit les numéros 2 et 3 à la 19e puis à la 25e. Et comme Nando Eggenberger, seul face au filet vide, avait trouvé le moyen d’ajuster le poteau entretemps (22e), la soirée s’annonçait confortable pour les Grenat - trop peut-être.

Car lorsqu’il semble avoir match gagné, GE Servette s’ingénie parfois à montrer qu’il est aussi capable de le perdre. Souverains jusque-là, les Aigles ont ainsi complètement raté leur entame de troisième période. À quatre contre cinq (Marc-Antoine Pouliot sur le banc), ils ont tout d’abord concédé le 1-3 à la 41e (goal de Dario Bürgler), avant d’encaisser le 2-3 six minutes plus tard (but d’Alex Formenton). Et la balade s’est soudain transformée, sinon en chemin de croix, en parcours du combattant.

Sous pression après avoir plané, les joueurs de Jan Cadieux se sont accrochés autour de Gauthier Descloux. Auteur d’un bon match pour son retour au jeu, le gardien fribourgeois a repoussé l’échéance, notamment grâce à un bel arrêt devant Bürgler (53e). Mais quelques secondes plus tard, lors d’une nouvelle supériorité numérique des Tessinois, il n’a rien pu faire devant Filip Chlapik qui remettait les deux formations à égalité (54e).

Plus rien ne serait marqué jusqu’à la prolongation. Trop indisciplinés, les Biancoblu ont permis à leur adversaire d’aborder cette dernière en double supériorité numérique. Mais les Aigles n’ont pas connu leur réussite coutumière dans l’exercice et il fallut donc avoir recours aux penalties pour départager les deux équipes. À ce petit jeu-là, les Genevois ont eu le dernier mot grâce à Henrik Tömmernes, le seul des dix tireurs à réussir son essai.

Fribourg se saborde d’entrée

Harri Pesonen (à gauche) se tient debout devant le gardien fribourgeois Connor Hughes.

Harri Pesonen (à gauche) se tient debout devant le gardien fribourgeois Connor Hughes.

Freshfocus

Les Dragons ont encaissé cinq buts dans les douze premières minutes à Langnau. Ils ont ensuite réagi, mais le gardien des Tigres, Stéphane Charlin, a livré un sans-faute.

Heureusement pour Fribourg-Gottéron, un junior élite – Loïc Perrin, 18 ans, première apparition en National League et auteur d’une très bonne performance – est entré en jeu après huit minutes et a enfin… arrêté un puck. Ce que Connor Hughes, auparavant, avait été incapable de faire en sept minutes et 47 secondes passées devant les filets.

Quatre buts reçus en presque autant de lancers, dont deux tirs du poignet à distance du Finlandais Aleksi Saarela à chaque fois au-dessus de l’épaule du portier canado-suisse, qui a terminé sa soirée sur le banc. Il serait faux de mettre l’entièreté de ce naufrage sur le dos du futur gardien du Lausanne HC. Mais tout de même, un arrêt, juste un seul, n’aurait vraiment pas fait de mal…

Si Hughes n’a pas été à la hauteur, le coach challenge risqué – et sanctionné de deux minutes de pénalité – demandé par le staff fribourgeois après le troisième but des Emmentalois était tout aussi peu inspiré. L’équipe de Thierry Paterlini a immédiatement puni cette erreur d’appréciation en inscrivant le 4-0 en powerplay (8e). Le cinquième but est tombé après douze minutes, de nouveau en powerplay: une triangulation limpide et parfaite a permis à Harri Pesonen de marquer le 5-0 (avec cette fois-ci Loïc Perrin devant les filets).

Les Dragons de l’ère Dubé n’avaient probablement jamais été humiliés à ce point et surtout en aussi peu de temps. La suite? Un sursaut d’orgueil des Dragons, avec un Fribourg-Gottéron plus conforme à son réel potentiel, qui a passé beaucoup de temps dans la zone de défense de Langnau à partir de la mi-match. Mais en face des Dragons, battus pour la troisième fois de suite, s’est dressé Stéphane Charlin. Le gardien genevois des Tigres a livré un match de haut vol (39 arrêts) et permis aux Emmentalois (12es) de prendre quatre unités d’avance sur le Lausanne HC (12e).

Côté fribourgeois, Marcus Sörensen n’a pas terminé la rencontre. Le Suédois s’est blessé à la 45e minute lors d’une collision involontaire avec… son ancien coéquipier Matthias Rossi, qui disputait mardi son premier match avec Langnau après avoir résilié son contrat avec Gottéron.

Ton opinion

6 commentaires