Presse: «Genève Hebdo» mauvais payeur

Actualisé

Presse«Genève Hebdo» mauvais payeur

Lancé le 17 mars et soutenu par la Ville, l'hebdomadaire a mis des mois pour payer les clichés publiés.

par
Didier Tischler
L'hebdomadaire en est à son septième numéro. (Photo: dti)

L'hebdomadaire en est à son septième numéro. (Photo: dti)

On leur avait promis monts et merveilles. Des clichés publiés et payés au tarif syndical. Une aubaine pour les nombreux photographes professionnels et indépendants de la région. Genève Hebdo, qui voulait proposer «un regard différent sur l'actualité du canton», se retrouve déjà avec une profession sur le dos.

Aux outrecuidants qui ont osé réclamer leur dû, Sacha Cohen, l'éditeur, a répondu: «Si j'avais vu vos images d'amateur photographe, vous n'auriez jamais obtenu la moindre commande de notre magazine.» Une demi-douzaine de photographes expérimentés sont concernés, certains d'entre eux ont fourni des images en janvier déjà et attendent toujours leur argent. Tous ont cessé leur collaboration.

Du côté du téléréseau Naxoo (dont la Ville est actionnaire majoritaire), qui soutient le journal par le biais de grilles de programmes, on est un peu embarrassé. «Nous avons soutenu ce magazine lors de son lancement, reconnaît Patrick Baud-Lavigne, patron de Naxoo. Aujourd'hui, nous sommes un client comme un autre. Nous ne nous occupons pas de la gestion administrative de Genève Hebdo.»

«Les ordres de virement pour les photographes sont partis entre le 29 avril et le 2 mai, assure Sacha Cohen, preuves à l'appui. J'ajoute que les commandes de photos avaient été effectuées par une personne qui ne travaille plus chez nous, j'ai donc dû reprendre les choses en main.» Malgré ces paiements, des factures de photographes sont toutefois encore en suspens.

Ton opinion