Religion: Genève inaugure une nouvelle synagogue
Actualisé

ReligionGenève inaugure une nouvelle synagogue

La communauté juive libérale de Genève a inauguré lundi une nouvelle synagogue.

Le bâtiment, qui abrite aussi des locaux pour les activités communautaires et un Mur de la Shoah, est la première synagogue à être construite en Suisse depuis près de 50 ans.

La nouvelle Maison communautaire, située à la route de Chêne, remplace l'ancien lieu de culte au quai du Seujet, devenu trop petit, a expliqué devant les médias Jean-Marc Brunschwig, président de la Communauté israélite de Genève (GIL). Logée dans une extrémité du bâtiment, la synagogue peut accueillir environ 500 fidèles.

Vu d'en haut, l'édifice, aux lignes très épurées, présente la forme d'un «chofar», le cor traditionnel en corne de bélier qui est sonné lors des fêtes religieuses juives. Autre particularité, il répond à des normes énergétiques très strictes, puisqu'il s'affiche comme l'un des premiers bâtiments du canton à avoir obtenu le label Minergie-P.

Don du baron de Rothschild

La construction, entièrement financée par des dons privés, a coûté 12 millions de francs. Le projet d'une nouvelle maison communautaire remontait à 1993 déjà, ce qui explique que le baron Edmond de Rothschild, décédé en 1997, figure parmi les contributeurs les plus importants.

Outre la synagogue, le bâtiment de trois étages accueille une salle communautaire, plusieurs salles de cours et de conférence, un espace d'exposition et un bain rituel. A l'extérieur, une oeuvre d'art constituée de trois fresques de bronze évoque l'Holocauste. «Il s'agit du premier Mur de la Shoah en tant que tel à être érigé en Suisse», a expliqué François Garaï, rabbin du GIL.

Communauté en expansion

La communauté juive libérale de Genève existe depuis 40 ans. A ses débuts, elle ne comptait qu'une trentaine de fidèles qui se réunissaient dans une pièce unique. En 1984, forte de 300 membres, elle migrait dans des locaux au quai du Seujet.

Aujourd'hui, environ 1500 personnes, soit un bon tiers des israélites du canton, se réclament du GIL. Un essor qui s'explique notamment par l'arrivée d'employés de la Genève internationale de confession juive et par celle de juifs genevois issus de la communauté traditionnelle. (ats)

Ton opinion