Pollution atmosphérique: Genève laisse tomber l'idée du péage urbain
Actualisé

Pollution atmosphériqueGenève laisse tomber l'idée du péage urbain

L'exécutif de la Ville de Genève abandonne l'idée d'un péage urbain pour réduire la pollution atmosphérique.

La décision des chambres fédérales de ne pas soutenir ce type d'essai a été déterminante dans la volte-face du conseil administratif.

L'exécutif municipal est néanmoins décidé à améliorer la qualité de l'air. Il a pris connaissance du rapport intitulé «Péage urbain: analyse de différentes options pour la Ville de Genève. Mai 2008» et a annoncé lundi une série de mesures.

En collaboration avec l'Etat de Genève, la Ville va étudier des solutions pour mettre en place une tarification de la mobilité basée sur le principe du pollueur-payeur. En clair, ce n'est plus le véhicule, mais l'utilisation qui en est faite qui serait visée.

Nouvelle politique du stationnement

La municipalité veut également revoir sa politique de gestion du stationnement, non seulement pour les voitures, mais aussi en ce qui concerne les deux-roues motorisés. Elle souhaite également étendre les zones piétonnes au centre ville.

Dans une lettre adressée lundi aux médias, le Conseil administratif rappelle qu'à Genève la pollution atmosphérique est une réalité. Les valeurs limites d'immissions pour les oxydes d'azote et les poussières fines sont régulièrement dépassées. (ats)

Ton opinion