17.05.2017 à 19:03

Tourisme

«Genève n'est pas juste une ville morne et chère»

Des passionnés proposent des visites guidées basées sur leur expérience de la ville. Ils veulent désormais aussi s'adresser aux expatriés.

de
Lucie Fehlbaum
Un des tours proposés par l'association montre la Genève internationale sous un autre jour.

Un des tours proposés par l'association montre la Genève internationale sous un autre jour.

AFP

Tous les jours, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige, un passionné d'histoire peut vous faire découvrir Genève gratuitement.

L'association Free Walk Geneva propose, depuis maintenant deux ans, deux visites guidées, l'une pour la Vieille-Ville, l'autre de la Genève internationale. A 11h sur le pont de l'Ile et à 14h sous la chaise cassée, il suffit de venir et se laisser guider. L'association, cofondée par Alex Vugman, récemment diplômé en management, veut «prouver que Genève n'est pas morne et chère».

«Nous sommes une vingtaine de guides bénévoles, animés par l'envie de partager nos expériences de la ville.» Une vision de la «Genève des Genevois» moins mise en avant par l'Office du tourisme.

L'association veut désormais étendre son concept aux expatriés, souvent en marge de la vie locale. «On l'appellerait New in Town, le terme «expatriés» n'est pas toujours apprécié.» Le projet sera prêt pour l'été. En plus de présenter des lieux abordables, pour manger ou boire un verre, ce tour «d'accueil» proposera aussi des infos pour «casser les différences culturelles». A commencer par ce qu'on trouve dans les Coop ou les Migros.

Les organisateurs voudraient collaborer avec la Municipalité. «L'Office de la population pourrait parler de nous aux nouveaux arrivants», espère Alex Vugman. Le projet pourrait rencontrer les faveurs de la Ville. Esther Alder, conseillère administrative chargée de la cohésion sociale, dit «examiner toujours avec intérêt les projets de groupes de jeunes favorisant l'accueil et l'intégration»

Priorité culturelle

Le Département de la culture, qui pourrait aussi soutenir le projet proposé par l'association, fait de l'intégration des expatriés une «priorité». Selon Félicien Mazzola, porte-parole du magistrat chargé de la culture, Sami Kanaan, «ce qui crée du lien entre les habitants suscite notre intérêt». L'onglet «In English» promeut déjà, sur son site, les activités culturelles genevoises proposées en anglais.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!